{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Sermon] de frère Bayard sur la Mort

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eloin
Recteur de l'Ordre de Cîteaux
avatar

Nombre de messages : 5498
Age : 30
résidence ds les RR : Abbaye Ste-Illinda, Guyenne
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: [Sermon] de frère Bayard sur la Mort   Dim 7 Juil - 17:51

Sermon sur la mort :

La Mort est une composante essentielle de la Vie; mais comment l'aborder ? comment la comprendre ? Doit-on la craindre, la redouter ou l'attendre avec sérénité ?
Autant de choses que nous allons entrevoir à travers des textes de notre Livre des Vertus.

I) Le Jugement

Citation :
Livre des Vertus, Livre de l'Eclipse, Chapitre VIII, la Résurrection

Je répondis: “J’ai compris le sens du Salut. Lorsqu’un humain a vécu dans la vertu, s’étant ainsi conformé à Ta divine parole, transmise par le prophète Aristote et par Christos, le messie, Tu lui accordes le droit d’accéder en ces lieux, au Paradis, au sein du soleil. S'il se détourne de la vertu, refusant d’écouter Ta divine parole, qu’il s’abandonne aux plaisirs terrestres, à l’égoïsme, à la tentation, à de fausses divinités, Ton infinie sagesse t’amène à l’envoyer en Enfer, dans la lune, pour y être puni pour l’éternité. Tu nous aimes, mais c’est également à nous de T’aimer.”

Dieu me dit: “Maintenant, le temps est venu pour toi de faire ton choix. Tu peux décider d’accepter la mort. Dans ce cas, je jugerai toute ta vie, les moments où tu as su oeuvrer pour la vertu et ceux où tu t’es détourné d’elle. Si, alors, Je juge que tu le mérites, tu rejoindras les élus pour une éternité de joie et de bonheur. Mais si Je juge alors que ta vie n’a pas été assez vertueuse, tu connaîtras une éternité de tourments en Enfer. Mais, si tu penses que ton temps n’a pas encore été accompli, que tu n’as pas encore fait tes preuves devant Moi, tu peux décider de revenir à la vie.”


A travers ce texte, nous voyons que la mort est d'abord le jugement de Dieu sur la vie d'un homme.
Celui qui a été vertueux, conforme aux préceptes de Dieu et des Prophètes, sera jugé digne d'entrer au Paradis.
Celui qui s'est détourné de la Vertu sera envoyé en Enfer.
Ce jugement, par Dieu lui-même, se fait sur la base de toute la vie sur Terre. Donc, il est important de toujours vivre de manière vertueuse. Ce genre de vie permet de trouver le Paradis.
Car Dieu, omniprésent et ominscient, sait tout et voit tout. Il reste inflexible. Son jugement, parce qu'il vient de Lui, est toujours juste. Mais il demeure implaccable.
Le seul moyen d'obtenir un accès au Paradis est une vie de vertu, loin des fausses croyances, des péchés et des oeuvres du Sans Nom.
Un homme, lavé de ses péchés par le baptême et ayant vécu dans la Vertu peut aborder la mort avec sérénité, comme Oane.

II) La mort d'Oane

Citation :
Livre des Vertus, Livre de la Pré-histoire, Chapitre I, Oanylone

Oane était ravi que sa quête soit enfin arrivée à son terme. Il admirait la plaine du regard lorsqu’il s’effondra. Tous s’attroupèrent autour de lui pour lui venir en aide. Quelques-uns tentaient de le maintenir dans une position presque assise, mais il était clair pour tous qu’il vivait ses derniers instants. Mais, malgré le tragique de l’événement, alors que tous étaient effarés, Oane arborait un sourire plein de sérénité.

Il dit: “N’ayez crainte, car ma mort n’est qu’un passage pour rejoindre Dieu. J’ai atteint la place que Dieu m’a réservée dans le monde et ai accompli ce qu’Il attendait de moi. La mort n’est pas pour moi la perte de la vie mais le passage vers une autre, bien meilleure. Il en sera de même pour vous si vous savez vivre dans la vertu. Alors, que vos larmes ne soient pas de tristesse mais de joie, car le Très Haut me fait le plus beau des cadeaux. Aimez Le et Il vous aimera. Adorez-Le et Il vous bénira. Vivez dans la vertu et Il vous accueillera à Ses côtés.”

Alors, il rendit son dernier soupir. Et tous se regardèrent les uns les autres, ne comprenant pas cette sérénité qui s’affichait encore sur le visage de leur guide. Ils enterrèrent son corps au milieu de la vallée, là où ils vivraient dorénavant. Ils firent le serment que, chaque semaine, ils se réuniraient autour de sa tombe, afin qu’il les accompagne et les guide lorsqu’ils rendraient hommage à Dieu.

Mais aucun ne comprit l’amour qu’avait Oane pour Dieu lui fasse accepter la mort avec autant de sérénité. Mais personne ne voulait lui faire le moindre reproche, à lui qui avait tant fait pour eux. En hommage à sa vie au service des humains et de Dieu, ils décidèrent de nommer la cité qu’ils allaient construire Oanylone, “la cité d’Oane”.

A l'image d'Oane, celui qui a vécu dans l'Amour aristotélicien toute sa vie ne doit pas craindre la mort.
Oane a compris, le premier, le sens de la vie sur Terre. Il comprend, le premier, le sens de la mort.
Il voit la mort comme un passage vers quelque chose de meilleur.
Il dit à tous que Dieu a conçu un monde merveilleux, au-delà de toute imagination, qu'Il ne réserve qu'aux vertueux.
Ainsi, Oane, qui a vécu dans l'Amour et la Vertu, peut partir sereinement. Il n'a pas à craindre le Jugement de Dieu.
Car celui qui aime et vénère Dieu sera aimé et béni de Lui en retour. La plus grande bénédiction qu'Il puisse nous faire est d'accorder à un de ses enfants une place au Paradis.
Accepter la mort avec sérénité est une marque de respect et de soumission à Dieu, car celui qui peut se remettre entièrement entre les mains de son Créateur, sans crainte du jugement, mérite le Paradis.
Si, comme dans le cas d'Oane, Dieu ne se manifeste pas spécialement au moment de la mort, ce n'est pas toujours le cas, comme pour Christos ou l'Archange Michel.

III) La mort de vertueux exceptionnels


Citation :
Livre des Vertus, Vie de l'Archange Michel

Certains survivant, loin de la ville, racontèrent qu’à ce moment là, alors que la pluie tombait malgré un ciel sans nuage, un arc en ciel venant directement du soleil tomba sur la ville , Michel choisi par Dieu fut ainsi emporté par une nuée céleste, et devint l’un des sept archanges.

Citation :
Livre des Vertus, Vita de Christos, Chapitre XVI

On cloua Christos sur une grande croix de bois que l’on hissa ensuite sur la colline. Et Christos se retrouva là haut, dominant les autres humains… Tel un agneau, il avait été sacrifié sur l’autel de l’ordre établi parce qu’il remettait en cause la société de l’époque et ses fausses valeurs.

Christos mourut après des heures d’agonie… agonie pendant laquelle il priait le Très Haut et regardait les hommes écrasés au sol. C’est le soir seulement, alors que l’air fraîchissait et que le ciel s’assombrissait, qu’il rendit l’âme dans un soupir.

Alors, du ciel, un grand rayon de lumière transperça les nuages sombres et menaçants et vint auréoler le corps de Christos. Sans que ne disparaisse ce halos de clarté, les cieux se mirent à gronder, et soudain des éclairs terrifiants vinrent frapper la terre comme pour la punir d’avoir laissé perpétrer ce crime atroce… Dans un effroyable déchaînement de violence des éléments, une pluie battante se mit à son tour à tomber, chassant les Romains de la colline des condamnés et imbibant le sol, comme pour le laver du sang de Christos ; ce sang que l’on vit bientôt ruisseler de la butte, mêlé à celui des deux autres condamnés, à leur sueur et à leurs larmes.

Mais après un moment, la nature s’apaisa, la pluie cessa, les éclairs s’arrêtèrent, les grondements du tonnerre se turent et les nuages s’écartèrent, vaincus par le rayon de lumière, grandissant, dont le flot inondait maintenant la colline.

C’est alors que nous vîmes apparaître, dans ce halos bienfaiteur, une nuée d’anges célestes. Tous descendaient du ciel avec grâce, volant au dessus de l’éminence. Ils prirent le corps du messie, guide et miroir de la divinité, et le hissèrent jusqu’aux cieux, l’emmenant rejoindre le trône de Dieu.

Si, la plupart du temps, la manifestation de la mort ne se voit que dans la fin de la vie, il est parfois des cas où Dieu montre la nature exceptionnelle des Vertueux qu'Il rappelle à Lui.
Ces cas sont extrêmement rares.
La manifestation vient toujours du ciel et la nature se plie à la volonté divine.
Ainsi, pour l'Archange Michel, une pluie s'abat sur la ville dans un ciel san nuage, chose impossible en temps normal. De même, l'arc en ciel venu directement du soleil ne peut être qu'une expression divine.
La nuée qui emporte Michel vers le Paradis montre que Dieu a voulu que sa mort, et le caractère exceptionnel du personnage, soit connue de tous.
La nature exceptionnelle de Christos, le Prophète, n'est pas à prouver. Mais Dieu semble avoir souhaité montrer sa désapprobation face au sort qu'il a subi.
Ainsi, les éclairs et la pluie, d'une violence sans pareil, chassent les mécréants meutriers tout en lavant le corps de Christos.
La Lumière divine, qui nimbe Christos, perce les nuages et brise l'obscurité pour offrir au corps de Christos une nuée d'anges.
Bien sûr, le commun des mortels ne peut prétendre à un tel traitement. Dieu souhaite montrer ainsi, par un traitement privilégié d'un de ses Enfants, qu'il faut suivre l'exemple de celui qui est mort, auréolé de sa Vertu, celui qui a toujours cru en Dieu, jusqu'au bout.

_________________
Cardinal-Archevêque de Bordeaux, Vice Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle, Rectrice de l'Ordre Cistercien
Illustrations Religieuses
Revenir en haut Aller en bas
 
[Sermon] de frère Bayard sur la Mort
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» Chevalier de la mort
» Chevaliers de la Mort et Cataclysm ?
» BRUDER / SCHWESTER - Frère / Soeur militaire (F - N)
» La mort du Roi-Liche, le RP et Kirin Tor.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: