{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Exemple Messe] Pâques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eloin
Recteur de l'Ordre de Cîteaux
avatar

Nombre de messages : 5498
Age : 30
résidence ds les RR : Abbaye Ste-Illinda, Guyenne
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: [Exemple Messe] Pâques   Mer 6 Avr - 9:13

Bordeaux, messe de Pâques 1464

Le parvis de la cathédrale avait été soigneusement balayé par un des fidèles venus récemment travailler à l'Eglise, de mesme que les sols carrelés, à l'intérieur. Les bancs avaient été essuyés pour les débarrasser de la poussière, la nappe couvrant l'autel lavée et défroissée, les cierges à demy consumés remplacés par des nouveaux, qui seraient enflammés pour la première foys lors de cette fête du renouvellement.

Au matin du vingt-septième jour de mars, les cloches s'ébranlèrent, prévenant ainsi les bordelais qu'une messe aurait lieu ce jour. Sur un signe du cardinal-archevesque, l'enfant de choeur alla ouvrir en grand la double-porte, permettant ainsi aux fidèles d'entrer et de s'installer. Derrière l'autel, l'abbesse vérifiait une dernière foys que tout était prêt, des ustensiles posés sur l'autel, de la présence du Livre des Vertus sur le lutrin, jusqu'au groupe d'enfants recrutés pour former une chorale. Tout était prêt, ne manquaient plus que les fidèles.




L'abbesse salua les fidèles qui vinrent s'installer dans la nef en vue d'assister à l'office, reconnaissant certains visages, en découvrant d'autres pour la première foys. Elle patienta un long moment, espérant -vainement peut-estre- la venue du duc, qui avait promis d'estre là lorsque l'office serait célébré. Lorsqu'elle vit un jeune garçon commencer à montrer des signes d'impatience, la moniale retint un soupir, et entama la messe. S'il venait d'autres guyennais, ils prendraient la messe en route.

Lo bonjorn et la bienvenue à tous et toutes au seing de cette cathédrale Sainct-Etienne, pour ce jour où nous allons évoquer la feste du Renouveau, après les privations du Carême. Je me nomme Eloin Bellecour, j'ai été élue archevesque de Bordeaux le treize febvrier dernier. J'ai souhaité faire cette messe pour me présenter à vous, la feste du Renouveau m'a semblé une belle occasion.

Afin d'écouter la parole du Très-Haut en étant purifiés de nos erreurs, faisons acte de repentance. D'ailleurs, si certains d'entre-vous souhaitent se confesser, ou ont besoin d'un sacrement ou d'un renseignement, je serais disponible à l'issue de la cérémonie.




Un mouvement près de la porte de la cathédrale attira son attention, et un fin sourire ourla les lèvres de la moniale lorsqu'elle reconnut le duc. Il avait tenu promesse finalement, et elle en était plus qu'heureuse.

Reportant son regard sur la petite foule s'étant déplacée, Eloin s'exprima en des termes simples et précis, comme à son habitude.


Pour nous, Aristotéliciens, Pâques est la date de la dernière apparition de Oane.

Oane apparut en ce jour de Pâques, il y a fort longtemps, à Ânani Mhour, après que celui-ci ait convaincu les fidèles aristotéliciens de se réfugier pour retourner à la piété absolue, après la vie de débauche qu'ils avaient mené à Oanylone.

Afin d'entamer cette méditation sur Pâques, permettez que je vous fasse lecture de cet extrait de l'hagiographie de Ânani Mhour, le premier Saint Aristotélicien.


Citation :
Nous remplacions donc la nourriture par la prière, et les plaisirs par les pénitences. Le peuple se maudissait d’avoir préféré le plaisir à la prière et à la contemplation.
Le quarantième jour, Oane nous apparut, ceux qui avaient vu sa statue au grand temple, le reconnurent directement et se mirent à genoux, se frappant la poitrine en le suppliant d’intercéder pour eux auprès de Dieu.
Il se dirigea vers mon père, et lui dit :
Citation :

Mhour, ton fils est le premier né depuis le jour des cendres, tu as guidé ta tribu quarante jours durant dans la privation et la prière sans jamais rien demander pour toi, sache que tes prières ont été entendues et que demain sera un jour gras pour les tiens. Vous arrêterez de vous lamenter sur les fautes des anciens, car Notre Créateur m’a dit « Je le jugerai, en fonction de la vie qu’il a menée » et non pour les fautes de ses pères.
Vous devez vivre l’avenir et non pleurer le passé, sois le guide de ton peuple, et instruis ton fils pour qu’il ouvre la voie qui conduira aux prophètes.
Dieu ne demande que votre amour et vous ne pouvez le lui donner que si vous vous aimez vous-mêmes, que le pardon des fautes soit donné au repentis, mais bannissez celui qui récidive contre la parole donnée.
Demain est un cadeau de dieu, faites la fête car ça sera le jour du renouveau, que les quarante jours passés ne soient pas l’image de votre vie, ne cherchez pas Dieu dans la souffrance, mais souvenez vous d’avoir souffert pour ne pas le perdre. Je vais vous laisser poursuivre votre vie, reposez-vous et faites la fête avec tout ce qui vous reste de nourriture et de vin, car demain sera le jour du renouveau.

Ma tribu fit donc la fête, ceux qui avaient encore du pain le partagèrent avec leur voisin, le vin fut lui aussi partagé jusqu’à la dernière goutte, et ce jour fut le premier jour gras depuis le mercurii des cendres.
Tout le monde dormit comme moi, c’est-à-dire comme un gros bébé que j’étais, et en se réveillant avec le soleil les gens virent qu’il y avait une source qui coulait non loin, et un peu plus loin une oasis remplie de fruits, et d’animaux.

Au centre de l'oasis se dressait une stèle sur laquelle était fixée la tablette d'Oane, la tablette reprenant les commandements de Dieu. Cette pierre qui avait été gravée par les doigts du Créateur et confiée à la première communauté pour qu'elle n'oublie jamais qu'au-delà de l'Amour nous étions aussi liés à la loi de la Création.
Cette pierre qui pourtant aurait dû disparaitre avec la cité était là.. intacte mais écrite dans une langue que désormais nous ne savions plus lire... Mais les lois du Très Haut nous n'étions pas prêts à les oublier à nouveau.

C’est donc là, près de la stèle que mon peuple s’installa en majorité. Depuis plus de quarante années de paix et de bonheur nous vivons ici, et nous prions Dieu de pardonner à ses enfants...
D'autres ont continué vers la mer et par delà la mer, pour étendre la race humaine de part la création.

Pâques est la fête du renouveau.

Le renouveau de la foi que vécurent ceux qui suivirent Ânani Mhour des ruines de Oanylone, ceux qui passèrent de la débauche à la piété, ceux qui se vautraient dans la perversion de la créature Sans-Nom et qui sont retournés vers les prières et la pénitence.

Cette journée de Pâques est un renouveau pour la province et l'archevêché de Bordeaux, une promesse de jours meilleurs, un souhait d'une Eglise meilleure, proche des fidèles et garante des textes canoniques et dogmatiques.

Pâques, chers fidèles, est l'occasion de renouveler sa foi.


Eloin proposa aux fidèles de réciter en choeur le crédo.



L'abbesse proposa alors une seconde lecture, car Pâques, au mesme titre que la Saint-Noël, était une grande cérémonie pour les aristotéliciens. Une grand-messe valait bien deux lectures...

Voici à présent un des enseignements que nous laissa A. Mhour.

Citation :
Oane a dit un jour lors de la création de notre première cité « c’est par l’amour et la complémentarité que vous pourrez créer, car notre Créateur nous veut tous unis dans la vie comme d’humbles serviteurs de la création ».
C’est tellement vrai que c’est parce que nous avons oublié cette règle que le Tout Puissant nous a punis, chacun voulant devenir le maître et faire de son frère devant dieu un serviteur .
L’amour du savoir a poussé l’humain à créer l’écriture pour conserver ce savoir, mais l’écriture sans amour n’est que suite de mots tristes et sans âme. C’est donc l’amour de l’écriture qui fait qu’un écrit prend tout son sens et l’amour de la lecture qui fera que ce texte ne sera pas perdu.
Tout ce qui est fait pour durer doit être fait dans l’amour et l’amitié. Si le maçon travail sans amitié pour son client, la maison qu’il construit s’écroulera aux premiers vents.

L'amitié, c'est la chose la plus importante en ce monde, parce qu'elle est le socle de toute civilisation. Sans amitié, les hommes seraient tous des ermites, incapables de suivre le chemin de la Vertu puisque cette dernière se pratique en société.

Mais l'amitié, est de loin la chose la plus difficile, parfoys, à mettre en oeuvre, car nous sommes tous différents, et il arrive régulièrement que les défauts des uns nous insupportent ; quand nous voudrions qu'ils aient les qualités des autres...

Il nous faut donc accepter chacun comme il est, car c'est ainsi que Dieu l'a voulu à sa naissance. Bien sur, nostre chemin est jalonné de tentations, parce que le Très-Haut laissa naguère la Créature Sans-Nom errer sur Terre, au plus près des Hommes, pour tester leur Foy à chaque instant de leur vie. Et c'est grâce à l'amitié que nous parviendrons à repousser le pêché et ses Démons, en étant à l'écoute de l'autre, en le soutenant lorsqu'il doute, en le relevant lorsqu'il tombe.

Enfin, comme l'a dit Marc l'Ancien, un grand clerc, au cours d'une de ses messes : "Dans nostre ville, dans nostre comté, chérissons l’amitié. Repoussons l’avarice. Aidons-nous les uns les autres."


La moniale referma son Missel, prit une coupe emplie de vin de Bordeaux dans une main, et une écuelle en cuivre contenant moult tranches de brioche dans l'autre, puys vint se placer devant l'autel.

A présent venez, communions ensemble ! Accomplissons le rite du partage, qui nous rappelle à chaque foys l'amour que Christos nous porta, et l'amour que nous lui avons porté, et que nous lui portons toujours aujourd'hui.


_________________
Cardinal-Archevêque de Bordeaux, Vice Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle, Rectrice de l'Ordre Cistercien
Illustrations Religieuses
Revenir en haut Aller en bas
 
[Exemple Messe] Pâques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» [RP] Messe d'hommage à Nestor, Seigneur de Pusignan
» [AIDE LITTURGIQUE] Messe, baptême, mariage, funérailles.
» Messe d'adieu à notre soeur Audra.
» comment mettre des images ? sur un post par exemple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: cérémonies types-
Sauter vers: