{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Exemple Messe] Noël

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eloin
Recteur de l'Ordre de Cîteaux
avatar

Nombre de messages : 5498
Age : 30
résidence ds les RR : Abbaye Ste-Illinda, Guyenne
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: [Exemple Messe] Noël   Mer 6 Avr - 9:29

Limoges, Saint-Noël 1460.


La Sainct-Noël était dans tous les esprits, et l'évesque ne pouvait passer à côté de cette grande célébration qui rassemblait tous les aristotéliciens, quelque soient leurs opinions politiques.

Aussi rejoignit-elle la cathédrale, et envoya l'enfant de chœur sonner ardemment les cloches, tandis qu'elle allait se placer devant l'autel, attendant les fidèles qui feraient le déplacement.
Elle n'avait point fait d'annonce pour prévenir de la tenue d'une messe au seing de la cathédrale, ainsi viendrait qui voudrait.




[...]

Soyez tous les bienvenus dans la maison du Très Haut, pour cette nouvelle messe !

Commençons par confesser nos fautes au Très Haut, chers fidèles. Car c'est ainsi que nous nous rapprochons de la Divine Vertu !




Elle rejoignit ensuite le lutrin et ouvrit son grand manuscrit à la page concernant la lecture du jour.

Chers fidèles, ces derniers jours, entre l'Eglise et le Roy de France s'est engagé un bras de fer qui conduira certains d'entre-nous à faire des choix difficiles. Je ne ferais point de sermon là-dessus, que ceux qui souhaitent en discuter viennent donc me voir.

Ces jours sont à la fête, puisque nous avons tout récemment fêté la Sainct-Noël. La neige est tombée, et tombe encore à gros flocons, recouvrant de son blanc manteau les paysages de nostre beau comté.

Adoncques, l'heure est à la noël, et vous connaissez si bien tous le Saint-Père Noël que je vous laisse raconter son histoire à vos enfants.

Car non, je ne vous parlerais point de Sainct-Noël meshuy. En ces temps troublés, j'ai préféré vous offrir un conte heureux, un conte joyeux, qui soit d'autant de circonstance.

En début de ce moys fut la Sainct-Nicolas, c'est de luy que je vais vous parler !


L'abbesse marqua une courte pause, avant de reprendre.

Le père MaisseArsouye, grand religieux en son temps, a naguère rappelé à ses fidèles qui était le véritable Sainct Patron des enfants, ceux-là pour qui, en somme, existe encore aujourd'hui la fête des moussons.

Je vais vous lire un extrait des textes que Père Arsouye à retrouvé, de la vie de St-Nicolas.
[/list]




    Je ne comprends pas l'attitude de bien des adultes envers les enfants. Ils les considèrent comme des bouches à nourrir jusqu'à 10 ans, âge à partir duquel ils les mettent au travail sans ménagement jusqu'à qu'ils soient hommes ou femmes, vers 14 ans.Aristote et Christos insistent sur la nécessité de participer à la cité, car l'homme n'est pas fait pour vivre seul mais en société. Mais quel est l'avenir d'une cité sans enfants éduqués capables de prendre la relève ?Christos insiste sur la nécessaire charité qui doit s'exercer envers les plus faibles. On pense alors souvent aux malades et aux déshérités. Mais qui pense aux faibles parmi les faibles ? A ces enfants taillables et corvéables selon le bon vouloir de leurs parents ou tuteurs ?Le logion 7 évoque l'amour envers les parents, qui doit être semblable à celu ide Dieu. Mais Aristote nous apprend aussi qu'un sentiment véritable est un sentiment partagé.Aristote nous apprend qu'il n'est point d'injustice commise volontairement vers soi-même. Et pourtant, quelle bêtise que de maltraiter ses enfants ou, pire, de n'en point faire ! Car dites-moi, en l'absence d'enfants, qui veillera sur vous lorsque les saisons auront succédé aux saisons et que l'âge avançant vous n'êtes plus capables de subvenir à vos besoins ?Ainsi donc, je prêche pour un plus grand respect de l'enfant, dans sa personne et dans son âme. Les enfants sont notre avenir, ils sont aimés d'Aristote et de Christos. Ils sont sacrés à mes yeux. Chaque couple a le devoir devant le créteur de procréer, car tel est l'ordre de la nature. Et chaque couple a ensuite le devoir de protéger sa descendance, de lui fournir nourriture terrestre et spirituelle afin que, le moment venu, elle puisse prendre sa place dans l'ordre du monde.



Un court instant de silence suivit cette première lecture, tandis que la moniale tournait les pages de son missel.

Maintenant, voyons qui fut Sainct-Nicolas.



    Nicolas Dury-Damour est né en mars de l'année 955 à Achouffe, en Ardenne, diocèse de Liège.Le petit Nicolas est élevé dans un bon milieu, et de bonne famille. Il apprend à lire et à écrire. Sa constitution fragile ne lui permet pas d'exceller dans les exercices de combat, mais il impressionne par sa maîtrise du grec et du latin. Le curé du village lui fait lire le Livre des Vertus et des écrits d'Aristote. Le petit Nicolas est fasciné par les vies d'Aristote et de Christos et il envisage de suivre la voie de l'Eglise. Il intègre donc le séminaire à Liège.A peine adulte, en chemin vers Achouffe avec sa jeune épouse, Nicolas apprend le déces de sa mère. Ce nouveau coup est rude, mais Nicolas s'en sort grâce à l'amour de Geneviève. Il reprend les affaires de son père comprenant de nombreuses forêts, des chasses et une mine d'ardoise. La richesse est là, de même que le bonheur quand Geneviève lui donne deux bons enfants.Le Légende de Saint-Nicolas, relatée par François de Villeret, nous apprend qu'au début du XIe, Nicolas vivait comme boulanger à Rochefort. Il n'y avait pas de plus grand plaisir que de gâter et protéger les enfants, lui qui n'avait pas eu la chance de voir grandir les siens. Rapidement, Nicolas fait l'unimité autour de lui pour sa gentillesse, son amabilité mais aussi son érudition, sa foi et sa piété. Il fait montre de générosité en donnant selon ses pauvres moyens.Un jour, voulant protéger un enfant qui avait volé le boucher pour se nourrir, Nicolas reçoit un coup de couteau. Il est transporté dans sa demeure, mais il y reste seul, et mourant. Le lendemain matin, il reparait à l'église. Sa blessure est guérie, sans même une cicatrice. Il prie puis s'en va.Pendant plusieurs mois, Nicolas va parcourir la région. De nombreuses légendes font état de guérisons d'enfants malades, mais aussi de dons sans communes mesure avec ses moyens. Il avait beau sortir des gâteaux de sa besace, il y en avait toujours autant dedans.De cette manière et depuis ce jour, tous les ans à la même date, les gens de Rochefort offrent des gâteaux aux enfants. La tradition s'est rapidement étendue aux villages alentours, à toute la région, des Flandres à l'Alsace. Saint Nicolas est considéré comme le protecteur des enfants.



Eloin referma son missel d'un coup sec, invita l'assemblée à réciter le Crédo, et leur proposa ensuite le pain et le vin du rite du partage.



.[/i]

Mes frères, mes soeurs, célébrons ensemble le pain de l'amitié, et allons prolonger cela pour des heures et des heures encore dans nos chaumières.





Eloin procéda à une rapide bénédiction de l'assemblée, avant de laisser ses fidèles quitter l'église. Elle sortit à son tour, et resta un moment sur le parvis, au cas où l'un des fidèles souhaiterait discuter avec elle.

_________________
Cardinal-Archevêque de Bordeaux, Vice Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle, Rectrice de l'Ordre Cistercien
Illustrations Religieuses
Revenir en haut Aller en bas
Eloin
Recteur de l'Ordre de Cîteaux
avatar

Nombre de messages : 5498
Age : 30
résidence ds les RR : Abbaye Ste-Illinda, Guyenne
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: Re: [Exemple Messe] Noël   Mer 6 Avr - 9:38

Bourganeuf, Sainct-Noël 1459


La trêve semblait vouloir durer entre Ponantais et Royalistes, pourtant certaines rumeurs couraient, prédisant une prochaine reprise des conflits, voire même un retour en fanfare de la guerre et de ses innombrables conséquences. L'abbesse ne s'en réjouissait guère, aussi priait-elle plus souvent qu'à l'ordinaire, espérant que tous sauraient trouver un terrain d'entente.

Mais ce jour, c'était la messe de Sainct-Noël, aussi la moniale avait-elle décidé de laisser de côté la guerre et les prières pour la paix, se consacrant, pour ce jour du moins, à célébrer la naissance des deux prophètes de la Saincte Église.
Eloin quitta le presbytère en fin de matinée, et monta au clocher tirer sur la corde commandant les cloches de l'église. Elle redescendit ensuite se placer derrière l'autel, attendant l'entrée des quelques fidèles avant d'entamer l'office.




Soyez tous les bienvenus dans la maison du Très Haut, pour cette nouvelle messe !

Commençons par confesser nos fautes au Très Hault, chers fidèles. Car le pardon de Dieu est infini pour le pêcheur qui présente un repentir sincère. C'est là le symbole de nostre foy et de nostre croyance en son amour éternel.




Elle rejoignit ensuite le lutrin et ouvrit son grand manuscrit à la page concernant la lecture du jour.


    Arrière-petit-fils d'un brave homme ayant suivit Christos de son vivant, Nicolas Noël est né dans un chariot tiré à ce qu’on dit par des cerfs dressés par son père.A cette époque les registres n’existaient pas et on ne connaît pas le lieu exact, ni la date exacte de sa naissance mais on sait que c’était pendant un hiver particulièrement rude.Noël faillit ne pas dépasser l’âge de la puberté tellement il avait souffert à sa naissance, et il a même été en état de mort plusieurs fois. Par contre à chaque retour à la vie, contrairement au commun des mortels, il revenait plus en forme que jamais.Pourtant chaque année au solstice d’hivers il semblait mourir pendant cinq jours et cinq nuits, mais bien que son corps soit veillé certains prétendaient l’avoir vu à différent endroit, offrant du pain aux plus pauvres, du feu à ceux qui n’en avaient pas, et même un simple jouet aux enfants triste.Sa vie fut bien remplie, mais il faut principalement retenir de lui que tout au long de l’année, il donnait la moitié de son temps pour aider les malheureux, pas forcément les pauvres, mais bien ceux qu’il nommait les malheureux.Quand on lui demandait pourquoi il aidait des riches comme les pauvres, il aimait répondre des phrases qu’il disait tenir d’Aristote lui-même :« Les talents du riche ne remplace pas le talent d’être heureux ».« Etre remplis de talents ne permet pas d’acheter le bonheur »« on vit avec talent, mais on n’emporte pas ses talents dans la tombe »Le Père Noël, comme avait continué de l’appeler ses fidèles bien qu'il fut Evêque, pris la route pour un long pèlerinage allors qu’il avais près de 90 ans. Il parti le lendemain de solstice d’hivers et revint parmi les siens le 6 décembre suivant.Il ne répondit que peu aux questions sur ce pèlerinage, mais il avait ramené deux chariots. L’un remplis de bûches, et l’autre rempli autre de painsIl fit distribuer le pain et le bois aux plus pauvres, et une fois la distribution terminée, il envoya les chariots faire le tour des plus riches à qui on demandait de déposer un présent.Le 24 décembre, Monseigneur Noël organisa deux messes, l’une à midi en l’honneur d’Aristote et une à minuit en l’honneur de Christos, puis il se dirigeât vers la sacristie et plus personne ne le revit.La totalité des villageois, du plus croyant au plus mécréant passèrent la nuit à le chercher, et c’est seulement au petit matin qu’épuisés, ils rentrèrent chez eux.C’est là que la légende fut inscrite parmi les miracles, car chaque maison sans exception avait son foyer allumé et des cadeaux au pied de la cheminée.Depuis cette époque, chaque année on dit un peu partout qu’en décembre il passe dans les maisons pour donner un peu de bonheur. On prétend même, que parfois, Christos et Aristote l’accompagnent directement...


Ceci est une partie de l'hagiographie de Sainct-Noël, dont j'avais promis la lecture à Galica, nostre dévouée tribun.

Nicolas Noël, ainsi que nous l'apprend ce texte, est né au cours de l'hiver, et en conçut une santé fragile, ce qui ne l'empêcha point pour autant de mener une longue vie, belle et vertueuse. Il chercha toujours à faire le bien, et se consacra aux autres, souvent au péril de sa propre existence.

Je ne vous demande point, bien évidemment, de vous mettre en danger ou de vous sacrifier pour vostre prochain, mais sachez qu'un petit coup de pouce peut parfoys souvent aider un proche -voire mesme un inconnu- qui se trouve dans le besoin.

Soyez humble, souvenez-vous de la vie de Sainct-Noël, du modèle de générosité qu'il fut, et n'hésitez point, en ces temps troublés, à faire preuve de charité aristotélicienne.

A propos, sachez que le comté a besoin de combler sa dette, et que vous pouvez faire un don, en argent ou en denrées, en vous adressant au bailli.


Eloin invita ensuite l'assemblée à réciter le Crédo.



Et maintenant, que ceux qui le souhaitent s'avancent pour partager avec moy le pain et le vin de l'amitié !

Pour la Sainct-Noël, je vous sers du vin aux épices, et de la brioche agrémentée de morceaux de pommes et de quelques grains de raisins...


Eloin rompit donc le pain qu'elle avait préparé à l'aube, le déposa dans une coupelle, puis le proposa à chacun des fidèles qui en firent la demande, après avoir elle-mesme communié. Et elle fit de mesme avec le calice d'argent qu'elle avait préalablement empli de vin, issu de la nouvelle cuvée de l'abbaye de Noirlac. Cuvée qui semblait prometteuse, sans pour autant estre exceptionnelle.



Eloin procéda à une rapide bénédiction de l'assemblée, avant de laisser ses fidèles quitter l'église. Elle sortit à son tour, et resta un moment sur le parvis, au cas où l'un des fidèles souhaiterait discuter avec elle.

_________________
Cardinal-Archevêque de Bordeaux, Vice Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle, Rectrice de l'Ordre Cistercien
Illustrations Religieuses
Revenir en haut Aller en bas
 
[Exemple Messe] Noël
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Messe d'adieu à notre frère Anatol
» [RP] Messe d'hommage à Nestor, Seigneur de Pusignan
» [AIDE LITTURGIQUE] Messe, baptême, mariage, funérailles.
» Messe d'adieu à notre soeur Audra.
» comment mettre des images ? sur un post par exemple

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: cérémonies types-
Sauter vers: