{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Essai] Gabrien : Critique, raison & Foy

Aller en bas 
AuteurMessage
Eloin
Recteur de l'Ordre de Cîteaux
avatar

Nombre de messages : 5506
Age : 31
résidence ds les RR : Abbaye Ste-Illinda, Guyenne
Date d'inscription : 13/02/2008

MessageSujet: [Essai] Gabrien : Critique, raison & Foy   Sam 3 Mar - 17:32

[rp]La critique par la raison aristotélicienne est-elle soluble dans la foi totale ? par Gabrien Baudry

Introduction

- Croire et raisonner, être pieux et sceptique, accepter comme telle une vérité révélée sur l’ordre d’un prophète que l’on révère sans perdre son pouvoir de juger, caractéristique première de l’espèce humaine : tout cela peut paraître paradoxal, voire, antinomique. Le sens critique serait-il donc une tentation à laquelle Dieu soumettrait l’homme ? Une incarnation du Sans-Nom dont il devrait se tenir éloigné en renonçant à la pratique gratifiante de l’exercice intellectuel de la dialectique ? Ou au contraire, le raisonnement logique et déductif est-il un moyen de vivre sa foi de manière plus épanouie, un support pour mieux appréhender le dogme ? C’est cette question épineuse mais combien passionnante que nous tenterons d’éclaircir ici. Tout d’abord en rappelant ce qu’est la raison telle que l’a pratiquée Aristote puis, en la confrontant à la foi aristotélicienne et à ce qu’elle exige selon l’enseignement de Christos.

1. La raison aristotélicienne, instrument de critique

- Dès son enfance, Aristote prend connaissance de son destin en formulant une question, et non des moindres :
Citation :
« Mère, qu’est-ce que la vérité ? » (Vita d’Aristote, II, La révélation)
Les balises sont posées d’emblée : il s’agit de trouver la vérité et par là, le prophète sous-entend la vérité sur la nature de l’homme et donc sa finalité, le but de son existence, l’existence de Dieu… vaste chantier ! Or, quel moyen Aristote emploie-t-il pour dégager la vérité des fausses convictions qui nous la rendent si obscure ?

- Epimanos est son maître respecté et, de plus, un homme de bien. Pourtant, il est amené par son brillant étudiant à revoir ses positions sur certaines problématiques qu’il croyait avoir résolues de façon définitive. C’est par des questions successives qu’Aristote lui fera réviser son jugement sur la différence entre homme et animal (op. cit. III, l’âme) et sur le but de la vie terrestre (op. cit. IV, Le devenir de l’âme). Ainsi donc, sans mouvement dialectique, interrogatif, point de vérité pour Epimanos qui continuerait à se fourvoyer dans de fausses croyances. C’est la critique raisonnée qui permet aux deux philosophes de constater la nature divine de l’homme et d’en tirer la conclusion de la nécessité d’une vie vertueuse. Le chemin vers le Tout-Puissant passe donc par l’exercice primordial de l’interrogation et de la remise en question.

Le paysan qu’Aristote rencontre à la veille de son départ pour Athènes incarne bien la facilité avec laquelle l’homme peut se laisser embourber dans des fausses croyances en toute innocence :
Citation :
« Ainsi que je te l’ai dit, c’est ce qu’on m’a enseigné, qu’ils étaient plusieurs, et c’est ainsi depuis la nuit des temps. » (op. cit. V, L’errance)
Et pourtant, c’est toujours grâce à la maïeutique qu’Aristote fera accoucher le badaud sceptique et au bord de l’énervement de la vérité éclatante : Dieu est parfait, donc unique. Certes Aristote a la foi, mais cette fois est issue de la logique, logique d’ailleurs dûment éprouvée par son maître Platon (op.cit. VI, Le maître), logique implacable, irréfutable qui, poussée à son paroxysme, le conduira à rompre avec son maître (op. cit. VII, la rupture)

2. La foi selon Christos


-
Citation :
« Aimez Dieu comme Il vous aime et vivez en toute amitié avec les autres, comme vous l’a enseigné Aristote » ou « Croyez en l’amour que Dieu vous porte, et aimez Dieu à votre tour. » (Vita de Christos, VIII, Les 12 apôtres)
Voilà qui ne semble souffrir aucune contradiction ou négociation ! Par cette simple injonction, Christos nous définit ce qu’est la foi : Dieu nous aime, nous sommes priés de le croire et lui rendre la pareille en l’aimant de même et en nous aimant entre frères. Aucune remise en question possible, et pourtant…

- Avant même de prêcher, avant même de se retirer dans le désert où il se confrontera au Sans-Nom, Christos nous incite à la réflexion afin de trouver Dieu et d’établir avec lui un rapport unique :
Citation :
« Aussi, pour ne pas oublier cela, et pour trouver en soi les ressources nécessaires à la réflexion, il plaît à Dieu que vous puissiez vous retirer de temps en temps, au-delà de la ville, afin de vous retrouver en vous-même, dans la prière et le calme, la quiétude et la concentration de votre esprit. » (op. cit., IV, Voyage en Judée, premiers prêches).
Sans doute ce conseil est-il le premier délivré par Christos car il sait que le doute est inhérent à la nature humaine :
Citation :
« Sachez que l’humain doute par nature, que l’amour qu’il éprouve pour Dieu et pour son prochain peut connaître autant d’aléas que la vie comporte d’épisodes. » (op. cit., XIII, Natchiatchia, et le mariage).
Il sait aussi que le sage se doit de répondre aux questionnements des hommes, il reproche d’ailleurs très tôt aux faux prêcheurs de ne pas étancher cette soif de savoir ou l’étancher mal :
Citation :
Beaucoup d’âmes égarées voulaient se tourner vers leur guide spirituel, le grand prêtre du pays, le chef de tous les prêtres, mais celui-ci leur opposait un silence total. C’était un homme avare de mots, qui répondait à chaque question, laconique : « N’ayez pas peur, ouvrez vos bras à Aristote. » « En vérité je vous le dis ; il vaut mieux entendre ça que d’être sourd ! Cet homme tombe dans les excès dénoncés par Aristote, il reste silencieux la plupart du temps, et quand il se réveille, c’est pour trop parler ; il ne connaît pas la vertu de la tempérance, ni le principe du juste milieu. » (op. cit., VI, Les premiers disciples).


- Le guide de la communauté doit donc impérativement exercer la raison. Mais pouvons-nous en dire de même des fidèles lambda lorsque nous entendons Christos nous dire :
Citation :
« Le bonheur réside dans les choses simples, et non dans les raisonnements compliqués qui rendent les gens malheureux. Car comment être heureux lorsqu’on s’interroge sur des mystères que Dieu a fait si complexes que nous les comprendrons qu’une fois arrivés dans le soleil. » (op. cit, Logion 11) ?
Mais précisons : le prophète dénonce ici à nouveau les excès déjà désignés plus haut, le « trop », le manque de nuance. Il nous enjoint à ne pas nous épuiser dans la quête vaine de la part du mystère divin que même Aristote n’a jamais songé à remettre en question. En outre, Christos affirme la nécessité de la pratique critique car le bon aristotélicien doit pouvoir se juger, s’auto-évaluer afin de se confesser :
Citation :
« Pêcheur, je te le dis, tu viens de faire la première chose que les fidèles devront faire ; se montrer humble et confesser leurs pêchés. » (op. cit., XI, Création de l’Eglise avec Titus et les autres apôtres).
De même, il doit pouvoir appliquer la fraternité qui exige elle-même la conservation, c’est-à-dire le juste milieu entre don de soi et sacrifice :
Citation :
« Vous avez perdu les valeurs de partage et d’amitié. Mais vous avez surtout perdu la plus importante de toutes : la fraternité ! » (ibidem).
Enfin, il doit pouvoir rester sur le droit chemin sans se laisser séduire par les hérésies :
Citation :
« Méfiez-vous des croyances dévoyées, mes amis… car les hérétiques sont comme les fourmis, ils reviennent toujours. » (Vita de Christos, logion 21).
Pour distinguer le bon grain de l’ivraie, encore une foi, la raison est salvatrice.

Conclusion

- Arrivés au terme de cette étude, nous pouvons affirmer avec force que, loin d’être un obstacle ou un frein à la foi pure et primordiale dans le dogme, la raison est un outil indispensable à sa bonne pratique. C’est par elle d’ailleurs que commence le chemin du fidèle qui, naturellement, se demande qui il est et pourquoi il se trouve en ce monde. C’est par elle que se construit la certitude fondamentale et nécessaire de l’existence du Dieu unique sur laquelle pourra se fonder une vie de bien. Seule la pratique dévoyée de la critique éloigne de la vérité, c’est le syllogisme de Platon par exemple, les hérésies ou les défis lancés par le Sans-Nom à Christos dans le désert. Enfin, et c’est là peut-être le plus important, l’exercice de la Vertu, condition sine qua non à la vie de bon aristotélicien, est simplement impossible sans une pratique de la raison qui nous permet de distinguer le bien du mal et d’évaluer les limites entre conservation et sacrifice, humilité et fustigation, entre autre.


- Nous terminerons par ces mots empruntés à Saint-Gatien de Tours :
Citation :
« Crois et tu comprendras, la foi précède, l’intelligence suit. » (Les Bienheureux, Saint-Gatien de Tours)
qui nous rappellent que plusieurs chemins vers Dieu s’offrent à nous. En effet, si nous nous sommes attachés à montrer que la raison pouvait précéder la foi quand il s’agit de convertir des hérétiques ou des ignorants vierges de toute idée, elle peut aussi la suivre puisque toutes deux ne sont, après tout, que les deux jambes faisant avancer un même corps, ce que Christos lui-même confirme :
Citation :
Parfois, devant les démonstrations métaphysiques que les disciples lisaient d’Aristote, il arrivait qu’ils soient découragés. Ils demandaient alors : « Maître, a-t-on raison d’être rationnel ? » Et Christos répondait : « La foi apporte la vérité mais pour la comprendre, il nous faut user de la raison. » (op. cit. Logion 4)
, (voir aussi à ce sujet logion 3 et logion 5).[/rp]

_________________
Vice Chancelière de la Congrégation des Affaires du Siècle, Rectrice de l'Ordre Cistercien
Illustrations Religieuses
Revenir en haut Aller en bas
 
[Essai] Gabrien : Critique, raison & Foy
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Proverbes / Opinions / Déraison / Citations
» [Blog] Essai de fonds d'écran
» Mais qu'est ce qu'il essai de me dire ??
» petit comparatif........ essai littéraire amusant....
» raison d'archalan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: