{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Memoire] Nicolas de Cues - Petit précis de Spinozisme à l'usage des Aristotéliciens

Aller en bas 
AuteurMessage
Enosch
Moine
avatar

Nombre de messages : 906
résidence ds les RR : Ventadour
Date d'inscription : 07/09/2008

MessageSujet: [Memoire] Nicolas de Cues - Petit précis de Spinozisme à l'usage des Aristotéliciens   Sam 21 Fév - 8:33

Nicolas de Cues a écrit:
Petit précis de Spinozisme à l'usage des Aristotéliciens.

Il existe deux religions ayant le statut de Tolérance accordé par l'Eglise Aristotélicienne Romaine.
L'Avérroisme et le Spinozisme.
Afin de mieux lutter contre l'extension de ces croyances, il convient de bien les connaitre.
Et pour bien connaitre le spinozisme sans devoir étudier leurs fastidieux textes, je vous propose ici un petit précis de Spinozisme, en 10 points.

I Les origines du spinozisme

Il s'agit d'un culte ancien, trouvant ses racines dans différentes civilisations, mais notamment en Égypte, chez ceux que les grecs appelaient les pharaons.
La pensée spinoziste fut ensuite développée en Grèce, puis Alexandre le grand la dissémina vers l'Orient, par l'intermédiaire de certains de ses hommes, qui rejetaient Aristote au profit, notamment, de Démocrite
(Voir sa bio en fin de mémoire)

Citation :
"Rien ne vient du néant, et rien, après avoir été détruit, n'y retourne."

Donc selon eux, pas de Création à partir du Néant, mais plutôt que tout est Dieu. Chacun d'entre nous est une partie de Dieu.

L'existence de Dieu selon les spinozistes.


Citation :
Deus, sive Natura : Dieu, c'est à dire la Nature.

Chaque chose sur cette Terre est appelée Mode de Dieu....l'humain, la pierre, le végétal..chaque objet contient en lui une part de divin.

En fait chez eux, tout est Dieu.

Les spinoziste et la morale

Dieu (ou la Substance, la Nature, la Conscience, tous termes synonymes entre eux) ne donne donc pas d'ordre, n'indique aucune marche à suivre, ne transmet aucune morale !
La morale est humaine, pas divine !

A cette notion, ils préfèrent celle d'éthique humaine, et n'ont pas de préceptes à suivre.
Pas de Dogme en particulier.

II L'éthique humaine
Citation :

Faire en toute connaissance de cause ce pour quoi nous sommes faits apporte la Joie, agir contre ce pour quoi nous sommes faits apporte la tristesse ...

Leur Dieu leur a donné tout ce qu'il faut pour respecter ce qu'il est , donc ce qu'ils sont (j'ai une migraine moi!)

Ils essaient donc de s'approcher de l'infime partie de Dieu qu'ils ont en eux par l'action, et arriver à la perfection.

L'individu ne se qualifie pas par ce qu'il est, mais par ce qu'il peut faire

Citation :
Nous ignorons la nécessité universelle, nous ignorons n'être qu'un mode d'un attribut, mode subissant les autres modes. Nous croyons être libres alors que, soumis aux passions et ignorants, nous sommes les jouets des circonstances.

Puisque nos actions aboutissent à certains résultats, nous pensons que nous agissons en vue de ces résultats sans voir que d'autres causes nous font agir. La conscience se prend pour cause première. Elle invoque même son pouvoir sur le corps.

C'est l'illusion du libre arbitre.

III L'illusoire Libre Arbitre


Les spinozistes ne font pas ce qu'ils veulent mais ce qu'ils peuvent, tenant compte des éléments extérieurs. Ils essaient de tirer le meilleur des conditions actuelles, pour eux.
Par ailleurs, ils essaient de tout garder sous contrôle et se livrent souvent à la méditation afin de mieux connaitre ses possibilités.

IV Le crédo Spinoziste
Citation :

Dieu n’est pas hors du monde : Dieu est Nature, Substance infinie, produit de sa propre création.
La Nature est tout ce qui existe, dans l’infini des possibilités.
La Nature est constituée de deux attributs perceptibles par l’homme : l’étendue et la pensée.

La Joie permet d’approcher la Liberté, la Tristesse en éloigne.

L’Idée existe non seulement en tant que descriptive de l’objet, mais aussi en tant qu’elle-même : elle est sa propre Vérité, sa propre perfection.

L’affect est l’apport d’un objet ou d’un sentiment à l’individu : il est bon (et apporte la Joie) ou mauvais (et apporte la Tristesse).

Le bien et le mal n’existe pas : Dieu ne pense pas, il est.

La morale est humaine. La Nature ne connaît que le bon ou le mauvais, relativement à un sujet et à une situation donnée.

La Nature est éternelle, par ce qu’elle est, et chacun de ses composants conséquemment.


Un objet est par essence constitué de l’infinité des attributs de la Nature, indissociables les uns des autres.

Le corps et l’âme sont parallèles entre eux, conséquemment à tous les attributs d’un même objet, en tant que mode de l’Etendue et mode de la Pensée de l’humain.

L’homme libre naîtra au sud, viendra du nord, se nourrira à l’est, et montrera le chemin aux sages qui l’auront attendu. Ce non-messie viendra un jour car c'est statistiquement inévitable.

L’homme ne peut se définir par lui-même : il est ce que l’affect extérieur fait de lui. L’homme libre choisit les affects auxquels il se livre pour améliorer son conatus, sa puissance de vie.

La liberté d’être ce que l’on est provoque la joie, à condition de n’être pas entouré d’esclaves : le spinoziste aime la liberté des autres autant que la sienne.

V Le Bien et le Mal

Pas évident à comprendre non plus, pour eux, ça n'existe pas.
Ils parlent de bon, de mauvais, mais pas de perfection ou de noirceur totale.

en plus, ils considèrent deux niveaux de lecture du bon et du mauvais. L'intérêt personnel et celui de la communauté.

Et il se doit de préserver l'intérêt communautaire et le sien en même temps si possible, mais en tout cas de privilégier le "pensant" au "non-pensant". Ainsi il peut utiliser la nature si c'est son intérêt, sans pour autant trop l'utiliser si ça cause du dommage au reste de la communauté. (une tisane?)


VI La position de l'Église Romaine selon les spinozistes

je vais vous citer ce que j'(ai pu lire, d'un certain Rory)

Citation :
Mais Rome elle-même n'a pas pris de position tranchée : elle accepte en général notre existence, tout comme celle des averroïstes, en tant que partageant une certaine part du livre des vertus aristotélicien.
Elle refuse cependant que nous puissions faire du prosélytisme, afin de ne pas propager notre ... hétérodoxie...

VII Etre spinoziste, c'est quoi?

La société est matriarcale, La filiation se fait de mère à enfant. On y dit toujours: fils de "Dame Tartenpion"

Règle alimentaire :

On ne mange pas "la mère nourricière et son fruit le même jour" : Interdit de manger le même jour une bouteille de lait suivi de viande de bœuf (à moins que ce soit du lait de chèvre ou de brebis).
Un seul élément nutritif de même origine chaque jour.
Afin de respecter la diversité de la Nature, et de protéger notre environnement.
Bonjour les menus...

Le shabbat :

Du couché du soleil le vendredi jusqu'au couché du soleil le lendemain est consacré à la méditation, mais aussi au travail. Interdit de se déplacer ce jour là et obligation de travailler pour autrui.
Les méditations collectives sont tenues par les pasteurs pendant la journée du samedi. un lieu calme suffit.
Bref, vendredi soir à samedi soir, c'est shabbat, on a pas le droit de travailler à son champ ou son échoppe.


Naissance :

L'enfant spinoziste est éduqué par ses parents, ou son parent en cas de fille-mère ou de veuve. Il s'agit toujours d'une fête, quelques soit les origines de l'enfant. Ils célèbrent l'arrivée du "pensant" dans le monde.
Pas de baptême au programme.

10 ans :

L'enfant est présenté à la communauté, de manière non-officielle, il devient spinoziste. Il est instruit à la religion

14 ans :

C'est l'Âge de raison : La méditation doit se pratiquer quotidiennement dès l'âge de 14 ans. Cela peut être une médiation seule ou en groupe
L'isolement en monastère est interdit car il coupe le croyant de la réalité du monde.

16 ans :

Age adulte: on peut se marier et accéder à des responsabilités dans la famille spinoziste.

Le penseur spinoziste doit travailler par ailleurs et ne pas vivre du culte, afin d'éviter tout amalgame


Mariage :
On se marie, non devant Dieu mais devant sa communauté. Avec établissement d'un contrat de partage des biens tacite.

On peut être déclarés maris et femme après trois nuits passées ensemble, et sur demande.

La séparation :

Accepté sans restriction. Le mariage n'est pas un acte définitif et peut être facilement rompu.

On brule une partie des meubles devant la maison, on peut faire part de son mécontentement par le silence. Mais pas plus de sept jours.
La mère a la garde des enfants sur simple demande.

Les titres de noblesse sont inaltérables, et demeurent à celui ou celle qui en a été honoré : le conjoint perd les titres "consort".


Mort :

2 jours de silence, deux jours d'hommage, et on fait la fête.

VIII Mais c'est qui le patron chez les spinozistes?

L'Admors, ou conseil de Maitres regroupe les ambassadeurs et les enseignants de leur culte : ils ont pour charge de veiller à la communication et l'acceptation de cette dans divers domaines.
L'autre rôle de ce conseil est également d'enseigner la foi, de créer des écoles spinozistes, etc ...

Le nomme conseil des Justes (Tzadiks).
Le deuxième conseil se charge de la communauté, dans sa vie quotidienne : il aide, mais aussi punit, conseille et gère les communautés spinozistes dont ses représentants ont la charge.


Le conseil des Sages (Tanas) a pour tâche d'écrire, réécrire, et juger le dogme. Il se situe à part des deux autres conseils, mais les litiges possibles sont gérés par lui.
Il agit comme une cour d'appel si les problèmes ne peuvent être gérés par les deux précédents.

IX Les grands spinozistes.

Démocrite (-460 env. - -370 env.): prouve la non-création du monde ( "Rien ne vient du néant, et rien, après avoir été détruit, n'y retourne." ), ainsi que sa composition par les atomes, cette Substance de la matière.

Daju (vers 3-72): compilateur du dogme, "inventeur" du nom spinoziste

Asmund Karasun (vers 990-1060) : Adepte de la méditation dans/de l'Immanent, poète nordique

Tymba (vers 1100-1150) : esclave noir venu d'Egypte, par delà les grandes cataractes. Enseigna aux esclaves des arabes.

Monjourat (1185-1240) : celui qui ramené le spinozisme en France, disciple de Maïmonide, penseur indépendant, qui a participé à la cour du grand Saladin.

Leila Khylamany (1210-1262) : grande démonstratrice mathématique. Prouva que l'infini peut être contenu dans un objet fini.

X Les livres officiels

Le livre des justes

Le livre des discussions

Le livre des démonstrations

le livre des étapes

Le grand livre

Conclusion: Voici donc résumé le Spinozisme à partir de leurs textes de référence. Ces textes, vous les trouverez ici :

http://biblihomelie.bb-fr.com/spinozisme-f23/


En éspérant que cette petite compilation pourra vous aider dans vos relations avec les spinozistes, en particulier dans les localités dans lesquelles ils sont assez présents.

Votre serviteur, Nicolas de Cues.
Revenir en haut Aller en bas
http://cistercien.forumactif.com/
 
[Memoire] Nicolas de Cues - Petit précis de Spinozisme à l'usage des Aristotéliciens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: