{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Mémoire] Dominicus Quand l'amour entre l'homme et la femme devient-il péché ?

Aller en bas 
AuteurMessage
Titca
Défunt/Fantôme
avatar

Nombre de messages : 6004
Age : 29
résidence ds les RR : Vendôme
Date d'inscription : 15/01/2009

MessageSujet: [Mémoire] Dominicus Quand l'amour entre l'homme et la femme devient-il péché ?   Ven 13 Nov - 20:38

Citation :
Essai : Quand l'amour entre l'homme et la femme devient-il péché ?

Qui d'entre nous n'a pas un jour connu l'amour ? Quel homme n'a pas aimé une femme et souhaité être auprès d'elle à chaque instant ? De même pour les femmes vis à vis des hommes bien sur.

Qui d'entre nous ne s'est pas posé cette question, comme tout bon croyant : ce que nous faisons, alors que nous ne sommes pas mariés, est-ce péché ?

Qui d'entre nous, clercs, n'a pas croisé dans son église une personne lui disant en confession qu'elle aime hors du mariage ?


La question est donc d'importance : quand l'amour devient-il péché ?


Toute étude sur ce sujet ne peut que se fonder sur notre Saint Dogme, tel qu'il est exprimé dans le Livre des vertus, et sur l'exemple du comportement des saints.

Le premier à nous parler de l'Amour, hormis Dieu dans nos cœurs, c'est Oane qui fait la célèbre Réponse au Très Haut : "Le sens de la vie c'est l'Amour" [Création - VII.8]. L'Amour évoqué par Oane est bien sûr à prendre au sens le plus large et vise tout particulièrement l'Amour de Dieu. mais la suite du texte de la création nous éclaire encore car Dieu répond : "le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer ses semblables" [id.]. Aimer ses semblables est donc un talent voulu par le Tout Puissant, donc a priori un comportement vertueux.

Un élément majeur pour la compréhension de ce sujet est à trouver dans l'alinéa 6 du texte de la Décision [Création - VIII.6] :
"Afin que vous remplaciez par de nouvelles générations celles dont la vie se termine, je vous fais un cadeau bien plus beau encore. Cet amour que J’attends de vous, Je vous permets aussi de l’éprouver également envers vous, en couple. La tendresse et le désir mutuels seront les composantes de ce pur sentiment. La procréation en sera le but. Mais seul l’amour que J’aurai béni pourra permettre l’acte de chair, afin que votre espèce perdure dans Mon amour." Ce texte fait apparaitre deux vertus : le Plaisir et la Conviction (dans son aspect conscience de l'impératif de conservation de l'espèce pour plaire à Dieu) mais aussi un élément que l'on peut comprendre comme une restriction : "seul l'Amour que j'ai béni pourra permettre l'acte de chair".

On voit donc clairement qu'au départ l'amour est vertu mais aussi on sent confusément que cet amour vertueux peut devenir péché. Que le pur sentiment peut devenir moins pur...

Il est fait clairement état du péché qui nous guette si nous n'y faisons pas attention dans la description de la décadence d'Onanylone [Pré-histoire - IV.7] : "L’homme prit alors la femme et la femme prit l’homme. Le fort abusa du faible et le faible subit le fort. Tous s’unirent en une orgie bestiale de stupre et de violence. Leurs corps mêlés reflétaient les flammes des maisons qui brûlaient. La nourriture était dévorée, la boisson engloutie. Les paroles suaves encourageaient les gestes indécents. Une véritable orgie de débauche avait lieu. Et de l’amour de Dieu il ne fut plus question." Comme une preuve ultime du péché, la phrase finale : Et de l'amour de Dieu il ne fut plus question.

Ces points du dogme nous démontrent que sur le sujet de l'amour, comme sur tant d'autres il y a un juste milieu à trouver.

Asmodée, prince de la luxure, le confirme en quelque sorte à Sypous quand il lui affirme : "Celui qui se complaît dans l’abus des choses de la chair et dans le nihilisme le plus total vient rejoindre les rangs de mes damnés." [Éclipse - II.4]

Faisons après cette brève évocation du dogme tel qu'il découle du mythe Aristotélicien, une première tentative de synthèse. L'amour entre l'homme est la femme est voulu par Dieu. Il est source de plaisir et la recherche du plaisir est vertu, il est base de la conservation de notre espèce, dans la conviction de l'importance de plaire ainsi à Dieu et là encore il est vertu. Donc il semble inutile de se précipiter en confession quand on aime une femme ! Cela n'est pas péché. Par contre se complaire bestialement dans l'abus des choses de chair est clairement péché de luxure. Un premier point semble acquis, le pur amour sans acte de chair est vertueux, tant qu'il ne s'agit pas de convoiter le mari ou la femme d'un autre.

Il reste tout de même un point peut clair : "seul l'amour que j'aurai béni pourra permettre l'acte de chair" Comment savoir si cet amour est béni ? Doit-on éviter tout acte de chair dans le doute car ce serait risquer un péché ?

Il convient d'aller regarder ce que nos prophètes ont apporté comme éclaircissement.

Aristote dans ses enseignements est très silencieux sur le sujet mais Christos nous conseille en la matière.

Tout d'abord Christos, dans la célèbre scène avec Natchatchia introduit un sacrement : le mariage.
"Lorsque deux êtres s’aiment d’un amour pur et qu’ils souhaitent perpétuer notre espèce par la procréation, Dieu leur permet, par le sacrement du mariage, de vivre leur amour. Cet amour si pur, vécu dans la vertu, glorifie Dieu, parce qu’Il est amour et que l’amour que les humains partagent est le plus bel hommage qui puisse lui être fait." [Christos XIII.7]
Il est très clair que ce sacrement décrit par Christos est une des réponses à notre interrogation : il matérialise une bénédiction de l'Amour par Dieu comme annoncé par Dieu [Création - VIII.6]. Dans ce contexte du mariage, plus aucun doute : l'amour, même charnel, n'est pas péché, bien au contraire, il est preuve de l'Amour de Dieu qu'il glorifie.

Christos précise aussi quelque chose extrêmement important concernant le mariage : "Mais, comme le baptême, le mariage est un engagement à vie, aussi, Natchiatchia, choisis judicieusement, car une foi que tu auras épousé Yhonny, vous ne pourrez plus vous y soustraire."

Le cadre de la réponse à notre question initiale "Quand l'amour de l'homme et de la femme devient-il péché ?" est donc clairement posé : L'amour entre homme et femme est vertueux, voulu par Dieu, c'est clair tant qu'il reste "pur" ce que l'on peut comprendre par opposition à charnel. L'amour charnel, en tant qu'il vise à la procréation est vertueux s'il a lieu dans le cadre du mariage. L'abus de relations charnelles est un péché.

Un espace reste moins clair, celui où l'amour commence à nous entrainer à la multiplication des signes d'affection, caresses, baisers... Voire même le moment où, poussé par l'amour et nos sens, des baisers nous passons parfois à l'amour charnel. Amour sans abus, amour qui précède parfois le mariage... et amour qui n'a pas la procréation comme but. Amour dont nous découvrons parfois qu'il n'est qu'un acte d'amitié profonde mais n'a pas la profondeur pour qu'il nous engage pour la vie... Cet amour qui n'a pas été béni dans le cadre du mariage peut-il être tout de même béni par Dieu, qui est Bonté ? Dans cette zone où l'on sens bien que le péché rode, à quoi doit se raccrocher le croyant ? A sa foi bien sur, à la prière...

Christos nous dit [Christos - Logion 13] " L’amour est enfant de bohème, qui n’a jamais, jamais connu de loi. " Il nous conseille aussi [Christos - Logion 9] " Si pour vous la vie n’a pas de sens, alors aimez la vie plus que le sens de la vie. N’attendez pas de mourir pour comprendre que vous passez votre vie à côté de la vie. Rappelez vous : Nous ne sommes pas nés seulement pour mourir, nous sommes nés pour vivre. "

J'aurai donc tendance à conclure que l'acte charnel en dehors du mariage n'est pas nécessairement péché, tant qu'il est clairement un des éléments d'une amitié profonde entre deux êtres et non le sujet principal de leurs relations, tant qu'il n'est qu'une des expressions du bonheur par lequel nous glorifions Dieu qui a voulu l'amitié. C'est dans notre cœur que nous devons sentir la limite... et dans le doute en parler en confession est certainement une bonne chose !

J'en terminerai ici sur ce court essai, pour m'en tenir à cet autre conseil de Christos [Christos - Logion 11] : " Le bonheur réside dans les choses simple, et non dans les raisonnements compliqués qui rendent les gens malheureux. Car comment être heureux lorsqu’on s’interroge sur des mystère que Dieu à fait si complexe que nous ne les comprendrons qu’une fois arrivés dans le soleil. "

Dominicus, de Béziers, le 11 novembre 1457
Revenir en haut Aller en bas
 
[Mémoire] Dominicus Quand l'amour entre l'homme et la femme devient-il péché ?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: