{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Memoire] : Elenion : DE AMORE AMORIBUSQUE (De l'Amour et des amours)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
uriel
Défunt/Fantôme
avatar

Nombre de messages : 7843
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: [Memoire] : Elenion : DE AMORE AMORIBUSQUE (De l'Amour et des amours)   Lun 8 Mar - 18:54


DE AMORE AMORIBUSQUE
De l'Amour et des amours.


Depuis le début des temps, quand Dieu créa le monde et la vie à partir de Lui, la raison d'être de tout fut d'aimer. La vie est née de l'union de la matière, créée par la volonté divine, et de l'esprit, issue de l'amour de Dieu. Dieu cherchait à aimer sa création et à être aimée d'elle en retour.

Et c'est grâce à Oane, qui seul en son temps parmi toutes les créatures de Dieu trouva la réponse, que nous connaissons aujourd'hui la réponse à la question "Quel est le sens de la vie?". Malgré tout, beaucoup ne savent pas ce qu'est l'Amour, certains même le confondent avec d'autres notions utilisant un même mot, "amour", polysémique.

Or donc, que sont "les amours"? Qu'est-ce que l'Amour? En quoi diffèrent-ils? Quelles peuvent en être leurs pratiques dans le respect de l'aristotélisme? C'est ce que nous allons chercher à comprendre ensemble.

I - Amour et amours :
    A - Les amours :

Il existe différentes notions, ou degrés, d'amour.
Le premier de tous et le plus répandu dans le monde humain, aristotélicien ou non, est l'amour familial, ou storgê en grec. Tout un chacun l'éprouve à un moment de sa vie, sauf les plus malheureux orphelins et enfants privés de l'amour que tout parent devrait porter à son enfant. Cet amour se développe au sein des familles, frères et sœurs, enfants et parents, cousins, etc. A moins de grands vices et de corruption de l'âme, cet amour est indéfectible.

Le second également très commun est l'amitié, ou philia. Définie comme une sympathie durable entre deux personnes. Elle naît notamment de la découverte d'affinités ou de points communs : plus les centres d'intérêts communs sont nombreux, plus l'amitié a de chances de devenir forte. Elle implique souvent un partage de valeurs morales communes.

Le troisième est la définition stricte d'amour : un sentiment unique partagé entre deux êtres de sexes opposés, amor en latin. Ce sentiment les lie et crée une dépendance entre les individus. C'est de cet amour que nait l'union des êtres et l'envie de fonder une famille. On qualifie parfois cet amour d'exclusif, voire d'égoïste, empêchant d'aimer son prochain plus largement.

Le quatrième sens d'amour est le sens charnel ou éros. C'est l'attirance des corps, le désir d'autrui pour l'image qu'il renvoie.

Enfin le dernier sens, et non le moindre, est l'amour le plus large ou agapê : l'amour du prochain. Il s'agit là d'une sorte d'altruisme. Que la personne qui nous fait face soit connue ou inconnue ne change en rien ce sentiment. Il se caractérise par sa spontanéité, ce n'est pas un acte réfléchi ou une forme de politesse mais une réelle empathie pour les autres.

Ainsi avons nous fait le tour des sens que l'on attribue courament au mot "amour". Les cinq amours sont donc : l'amour familial (storgê), l'amitié (philia), l'amour stricte (amor), l'amour charnel (éros) et l'amour du prochain (agapê). Tout du long par la suite les termes grecs et latin seront utilisés par commodité.


    B - Qu'est-ce que l'Amour? Approche par les textes :

Livre de la Création, Chapitre VII, L’amour a écrit:
"Nous sommes certes enchaînés à la matière, certes soumis à ses lois, mais notre but est de tendre vers Toi, l’Esprit Éternel et Parfait. Donc, selon moi, le sens que Tu as donné à la vie est l’amour." Alors Dieu dit: "Humain, puisque tu es le seul à avoir compris ce qu’était l’amour, Je fais de tes semblables Mes enfants. Ainsi, tu sais que le talent de ton espèce est sa capacité à M’aimer et à aimer ses semblables. Les autres espèces ne savent aimer qu’elles-mêmes."

Spyosu

Nous savons donc le sens de la vie : l'Amour! La capacité d'aimer Dieu, notre Créateur, notre Père à tous que nous remercions pour la vie qu'Il nous a offert, et la capacité d'aimer nos semblables, les autres humains!

Or donc et de ce fait, l'Amour ne serait-il pas l'ensemble même des amours que sont : le storgê, la philia, l'amor, l'éros et l'agapê auquel on rajouterai l'amour envers Dieu? En effet, par nature nous découvrons dès notre plus jeune âge l'amour au sein de notre famille, nos parents proches ou lointain, leur mort nous attriste toujours! Ne découvrons nous pas nous même sans nous en rendre compte l'amitié en même temps que nous découvrons des gens ne faisant pas partie de notre famille? Certains ne trouvent-ils pas un amour fort, avec un homme ou une femme en particulier et ne désirent-ils pas alors fonder une famille, là où d'autres se consacrent à l'ensemble des hommes et des femmes?
L'être humain est par essence capable de ressentir plusieurs amours en même temps, et selon ses aspirations d'en rechercher un plus qu'un autre. On voit cela dans la vie de clerc après l'ordination où, pour se consacrer pleinement à l'agapê et au sauvetage des âmes, il devra se détourner de l'amor et de l'éros. Bien entendu, rien n'empêche de ressentir tous les amours et on le constate par la présence d'hommes et de femmes laïcs et au service de l'Église. L'être humain est donc intimement ancré dans l'Amour dès sa naissance et tout au long de sa vie. Il ne pouvait en être autrement puisque l'âme est née de l'amour de Dieu. Et tout naturellement, comme notre amour vient de Dieu il ne peut être autrement que de tendre vers Lui en retour!

Je rappellerai aussi la Vita de Christos pour affirmer que l'Amour n'est autre que la sommes des amours et de l'amour envers Dieu:

La Vita de Christos, chapitre 9 a écrit:
Il disait souvent : "Aimez Dieu comme Il vous aime et vivez en toute amitié avec les autres, comme vous l'a enseigné Aristote." ou " Croyez en l’amour que Dieu vous porte, et aimez Dieu à votre tour. "

Et il répétait: "Que votre solidarité ne connaisse pas de frontières ! Souvenez vous, mes amis, qu'Aristote vivait dans un pays d'une culture peu tolérante pour les autres peuples. Aujourd'hui, vous devez savoir que toutes les nations ont droit au respect et leur peuple à la liberté et à notre amitié."

Enfin, il concluait: "De même, la solidarité et l'amitié ne sauraient être restreintes par une frontière des sexes. Car les hommes comme les femmes sont les enfants de Dieu et en cela, ils sont égaux."

Les paroles du messie sont un appel à l'Amour. L'amour du prochain, quel qu'il soit, l'amitié, la solidarité. Plus qu'un appel, il s'agit d'un rappel! Puisque notre âme est faite d'Amour, de l'Amour de Dieu qui nous fait tendre vers Lui naturellement, alors que nos péchés seuls dus à nos choix d'êtres humains imparfaits nous détournent de Lui. Tout comme Dieu est présent à chaque instant auprès de nous, tout comme à chaque instant (si nous savons écouter) nous pouvons entendre son message, à chaque instant l'Amour est en nous et il ne tient qu'à nous de le découvrir et de le faire grandir! Et c'est en cela que les enseignements d'Aristote et de Christos sont des rappels à écouter et cultiver l'Amour en nous.

Pour clarifier le fait que l'Amour n'est Amour que s'il y a amour envers Dieu et que cet amour est présent dès notre naissance, que seuls nos actes nous en détourne, je citerai Ysupo :

La fin des temps V: Les questions a écrit:
Je Lui demandai encore: “Le baptême est le sacrement qui consacre l’entrée d’un humain dans la communauté des croyants. Sans ça, il n’y a pas d’accès au Paradis possible. Mais que deviennent les pauvres enfants dont la vie s’achève avant qu’ils aient la chance d’être baptisés?” Il me répondit: “Je vous ai fait élus à votre naissance, car vous tendez naturellement vers Moi. Ce sont vos péchés qui vous détournent de Ma divine perfection.”

Cet amour de Dieu est inévitablement en nous dès notre naissance de part la nature de notre âme. L'Amour est donc la somme des différents amours ajoutés à l'amour de Dieu.



II - Les pratiques

Maintenant que nous savons ce qu'est l'Amours et ses composantes, voyons comment il se réparti chez les laïcs et les clercs et comment pratiquer au mieux l'Amour.
    A - Chez les laïcs :

Les Laïcs ressentent, chacun à leur manière, le storgê, la philia, l'amor, l'éros, l'agapê et l'amour envers Dieu.

L'enseignement des prophètes nous permet de reconnaitre chaque amour au quotidien, d'en profiter et d'en faire profiter. Qui plus est il nous met en garde contre la dérive et l'exclusivité d'un sentiment d'amour par rapport à un autre.

Ainsi, le storgê ne doit pas être poussé à l'extrême. Il ne faut pas favoriser les membres de sa famille au détriment d'autrui, et certainement pas sous le prétexte d'aimer les siens, ce qui serait un vil détournement du storgê à des fins bassement matérielles. Le storgê n'empêche pas l'objectivité de la justice, vertu importante à la bonne tenue de la communauté! Sans quoi le storgê serait détourné en avarice pour les siens!

Il en va de même avec ses amis. Là encore il ne faut pas favoriser l'ami au détriment de l'inconnu. Nous avons d'ailleurs tout à gagner à mieux connaître un inconnu et à ne pas le ségréguer par méconnaissance. En chaque homme se trouve un don de Dieu qui diffère du sien propre et c'est dans la multitude des talents réunis que la communauté progressera!

L'amor étant un paroxysme de la philia, il est bon de combattre les même travers. Et le désir du conjoint d'autrui est le péché d'envie qui ne peut être toléré, encore moins sous le détournement du principe d'amor. On ne doit accaparer l'amor qui s'épanouit entre deux êtres. L'amour est un don sacré qu'il nous faut chérir, un rappel perpétuel et fort que le sens de la vie est l'Amour!

Plus encore pour l'éros! Dans la mesure où il est amorcé par l'amor, et qu'il est le seul moyen d'avoir des enfants, il n'est pas en tant que tel malsain! Mais son abus où sa pratique en dehors du cadre de l'amor, et du mariage, est péché de luxure!
Dieu à voulu que ce soit l'amour qui permette à la vie de continuer son chemin, il faut donc voir ce dont avec le respect du à la nature divine qui en émane, et non sous l'angle du plaisir simple.

L'agapê chez les laïcs n'est pas aussi intense qu'il l'est chez le clerc. En effet occupé par le storgê et l'amor le laïcs ne doit ni ne peux s'occuper d'autrui avec autant de ferveur. A cela il ne doit pas négliger sa famille en s'occupant d'autrui plus que des siens, dont il a l'obligation morale de pourvoir au bien être et à l'éducation.

L'amour envers Dieu, se pratique par la prière et l'accomplissement d'une vie vertueuse. Vivre dans la vertu c'est vivre selon la volonté de Dieu. Ainsi, selon sa condition, pratiquer l'Amour le plus pur et le plus sincère, sans chercher le profit à faire semblant, est le meilleur moyen de rendre grâce à Dieu et de L'aimer.

    B - Chez les clercs :

Les clercs vouent leur vie à la communauté tout comme aux étrangers à leur communauté. Leur principal amour, avec l'amour envers Dieu, est l'agapê.

En effet, un clerc ne pouvant fonder de famille. Le storgê se limite à ses parents comme à sa fratrie et non à une descendance dont il faut être soucieux. De même loin des passions de l'amor et de l'éros, ne risquant pas de tomber dans les vices d'avarice, d'envie et de luxure, le clerc peut se consacrer pleinement à la multitude! Chose qu'il fera mieux que le plus dévoué et bénévole des laïcs ayant une famille à charge.

Le clerc de part sa mission de répandre la Foi, de prêcher la bonne parole au plus grand nombre, ne peut pas réserver son aide à ses amis. De plus l'Amitié aristotélicienne est telle que chaque membre est l'égal d'autrui formant au final une grande famille, celle des fidèles. Ainsi donc le clerc dispensera sa connaissance à chaque aristotélicien comme il le dispenserait à son ami ou son frère, car pour lui tous sont égaux.

Mieux encore, étant capable d'un grand agapê il pourra guider qui le veut vers l'Amitié aristotélicienne. Aider son prochain dans le besoin est aussi sa mission, cependant il ne devra pas s'oublier lui même allant à l'encontre de la conservation. Le clerc doit pouvoir dispenser au plus grand nombre, et donc satisfaire à ses besoins pour accomplir au mieux et pour le plus de temps sa salvatrice mission.

L'amour du clerc envers Dieu, se pratique par la prière et l'accomplissement d'une vie vertueuse comme pour le laïc mais aussi en guidant vers Dieu son prochain. Sauver les âmes détournées par de fausses religions, et guider les fidèles sur le chemin de la Vertu et du paradis solaire, est l'importante mission qui leur a été confié par Christos et de laquelle ils ne doivent pas se détourner.



De tout cela nous pouvons donc affirmer deux choses. La première est que l'Amour est la sommes des amours et de l'amour envers Dieu. Que cet amour est présent en chacun de nous et qu'il ne tient qu'à nous de le développer d'une manière ou d'une autre. La deuxième affirmation est que l'Amour que connaissent les clercs comme les laïcs, bien que différents dans leurs amours respectifs, se complètent. L'Amour que connaissent les laïcs permet de faire perdurer la société dans ce qu'elle a de matérielle, alors que l'Amour des clercs permet à la société de rester sur le chemin de la Vertu et de s'adjoindre de nouveaux talents : les convertis.
Ainsi nous savons donc ce qu'est l'amour et comment le pratiquer : en raison de la Vertu.


Revenir en haut Aller en bas
http://herbeviller.forumactif.com/forum.htm
 
[Memoire] : Elenion : DE AMORE AMORIBUSQUE (De l'Amour et des amours)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Apocalypse mon amour...
» 4e session : Pack Amour
» Exposez vos plus belles photos d'amour lbp ici
» Salle de déclarations... d''amour, d''amitié ou autres...
» Mes poèmes d'amour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: