{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Mémoire] : Thegoldendragon : De la nature du pardon et de sa pratique

Aller en bas 
AuteurMessage
uriel
Défunt/Fantôme
avatar

Nombre de messages : 7843
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: [Mémoire] : Thegoldendragon : De la nature du pardon et de sa pratique    Dim 11 Juil - 12:05

Citation :
De la nature du pardon et de sa pratique.


Vaste sujet que le pardon. Nous tenterons donc à travers cette étude de cerner un peu mieux cette notion, en la définissant et en approfondissant ses origines. Mais nous verrons également que le pardon, s’il est une qualité essentielle de l’homme, ne peut pas être toujours appliqué pour le bien de l’humanité. A l’image de la punition divine, l’homme a donc créé une justice qui permet de punir l’homme fautif. Nous approfondirons aussi ce thème pour tenter de mieux comprendre dans quelles conditions le pardon est louable et dans quelles conditions il ne doit pas être accordé.

I. Qu’est-ce que le pardon ?

Si le pardon existe, c’est que la nature de l’homme est imparfaite et même s’il tente d’être vertueux, il finit nécessairement par pécher. De même, s’il peut pécher, c’est bien parce qu’il possède le libre-arbitre, ce qui le rend maître de son action, même si Dieu peut limiter ce libre-arbitre ou forcer l’homme à agir, car Dieu peut tout. Mais il est essentiel que l’homme possède ce libre arbitre car sans lui, il ne pourrait pas y avoir d’action bonne ou mauvaise puisqu’il n’y aurait pas de choix. Le libre-arbitre est ce qui rend possible l’action vertueuse mais aussi le péché, et donc ce qui permet l’existence du pardon.

Le pardon est d’abord de nature divine, il nous est accordé ou non par le Très-Haut et seul son pardon compte dans le jugement qui sera rendu après notre mort. Le pardon nous vient de Son extrême bonté et de sa charité, la charité même qui a fait naître notre espèce. Dieu accepte de nous pardonner parce qu’Il nous aime, et parce que nous sommes également capable d’Amour. Cette capacité nous rend susceptibles d’être digne d’être Ses enfants, mais aussi d’être pardonnés et de pardonner nous-mêmes. Le pardon vient de Dieu, mais il existe aussi entre les hommes, fort heureusement. Ainsi, les hommes qui ont des différends entre eux peuvent se pardonner et faire ainsi preuve d’humilité, en reconnaissant ses erreurs ou la faiblesse de sa nature ; de charité, en acceptant de passer outre les défauts de l’homme ; de justice, en reconnaissant sa participation au différend ; mais surtout d’amitié en faisant vers autrui le pas qui l’en sépare et en restant disponible pour l’autre qui, s’il a fait une erreur, a besoin d’être pardonné et d’être éclairé pour se tourner vers la vérité.

Le péché est donc pardonnable, car le pardon est nécessaire pour laver l’homme de ses erreurs et de ses fautes. Sans lui, l’homme ne peut atteindre le Paradis Solaire. Il faut cependant éclaircir un point : il existe certes le Paradis Solaire pour récompenser ceux qui ont mené une vie tournée vers la vertu, mais il existe également l’Enfer Lunaire pour ceux qui se sont adonnés au péché. L’existence de ce dernier est bien le témoin que le pardon ne peut pas toujours être accordé. Il existe donc une mesure au pardon qui ne doit pas être accordé à tord et à travers par les hommes, même s’ils ne sont pas aptes à toujours rendre les bons jugements, au contraire de Dieu, qui est omniscient. Tâchons donc d’approcher cette mesure et de comprendre pourquoi il faut la respecter.

II. De la distinction à faire entre les actions pardonnables ou non.


Les observations précédentes nous ont amenés à faire une distinction entre certains péchés, pardonnables, et d’autres péchés qui ne le sont pas. Nous allons donc éclaircir ce problème pour tenter de cerner les causes de cette distinction.

1) Pourquoi pardonner ?

Dans un premier temps, nous allons approfondir la nécessité du pardon dans la plupart des cas, même si nous avons commencé à aborder ce sujet dans notre première partie. Pardonner est une capacité divine que Dieu a accordée aux hommes dans une moindre mesure. La faculté de pardonner fait donc partie de la faculté de tendre vers la perfection, ce qui est typiquement humain. Elle grandit donc l’homme, mais permet également de lui faire connaître la sérénité qu’il retire de vivre en paix avec lui-même comme avec autrui. C’est l’intérêt subjectif du pardon. Mais il existe aussi et surtout l’intérêt objectif que nous allons aborder de manière générale.
Le péché peut avoir plusieurs causes et il convient de connaître les causes pour parvenir à juger avec discernement de la gravité du péché. Tout d’abord, l’ignorance, qui nous conduit à l’erreur. Il apparaît clairement que beaucoup d’homme ne connaissent pas assez le dogme Aristotélicien et n’en retiennent que ce qu’ils en ont entendu dire, que ces propos soient justes ou non. Dans ces conditions, la distinction entre le Bien et le Mal ne peut être faite justement et cette ignorance conduit à bien des erreurs. Ainsi, un homme qui aura entendu qu’il faut tuer tous les hérétiques sans distinction et sans autre forme de procès pourra être tenté de le faire et se livrer à une violence extrême, tout en croyant bien faire. Cependant nous savons qu’il est nécessaire de faire d’abord usage du Verbe pour combattre l’hérésie, pour comprendre ses causes et les combattre avec efficacité, l’épée ne vient qu’après, en dernier recours, mais pas de n’importe quelle manière.

L’erreur donc, commise lorsque la volonté est pure mais les connaissances erronées, peut donc être pardonnée, si toutefois le coupable accepte de voir son erreur et de s’en repentir. Dans ce cas, il est bénéfique de pardonner puisque un homme de bonne volonté est éclairé et finit par agir avec une mesure plus juste.

Nous pouvons citer d’autres formes d’erreur, dont l’hérésie peut faire partie. Prenons l’exemple d’un homme qui a toujours vécu dans une contrée où l’Aristotélicisme demeure inconnu et qui pourtant sent au fond de lui que la religion qu’il épouse n’est pas la bonne, qu’elle n’est pas la vérité de l’homme. Cet homme, si on lui fait connaître son erreur et qu’il se rend compte qu’il a été jusqu’ici victime de son ignorance et se repent, doit être pardonné de son hérésie passée et accepté dans la nouvelle religion que tout homme sensé épouse : la religion Aristotélicienne.
Le cas des fautes est différent puisque les fautes sont elles-mêmes bien plus graves que l’erreur. En effet, l’erreur est due à un manque de connaissance ou de discernement, mais peut être corrigée. La faute toutefois est une mauvaise action commise alors que l’on sait qu’elle est injuste. Elle résulte donc de la volonté de faire mal pour son propre intérêt, ce qui est tout à fait contraire à la vertu. La faute peut être pardonnée si le coupable se repent sincèrement et sans condition, mais cette faute doit demeurer minime et inconséquente, sinon il convient de la punir dans une juste mesure. Nous en venons donc au cas des fautes impardonnables.

2) De l’intérêt de ne pas tout pardonner

Par impardonnable, nous entendons qu’il y a nécessité de punition. La punition extrême est celle d’ordre divin, c’est-à-dire, la condamnation à une vie éternelle sur l’Enfer Lunaire. Mais il s’agit là du dernier échelon, celui dont on ne peut revenir et qui empêche toute forme de retour sur le droit chemin. C’est le juste foyer des hommes rongés par le vice. Cependant ceci n’est qu’un châtiment qui survient après la mort, intéressons-nous plutôt à ceux qui touchent les vivants et qui sont en vigueur pour régler les rapports entre les hommes.

La première forme de punition à laquelle nous penserons est en effet celle de la justice humaine. La punition est ici d’ordre social, elle est là pour rétablir des rapports équilibrés entre les hommes. Un délit détruit l’équilibre, un châtiment à la mesure du délit le rétablit. Mais la préservation de cet équilibre n’est pas le seul but de la punition. Par la punition, l’homme est contraint, forcé à se plier à une volonté plus forte que la sienne, ce qui a plusieurs conséquences. Tout d’abord, l’homme est obligé de remettre à plus tard la satisfaction de son propre intérêt, par ce biais il est amené à se libérer de ses désirs et donc susceptible d’agir raisonnablement. Ensuite, il apprend que toute faute est punie, ce qui doit le convaincre de ne plus fauter. La punition donc, doit rendre l’homme meilleur et lui apprendre à être civilisé et à faire passer son intérêt après celui des autres.

Plus encore, la punition est nécessaire. En effet, si l’homme peut commettre de bonnes et de mauvaises actions, c’est qu’il possède la faculté de distinguer le Bien du Mal, mais aussi le libre-arbitre. Ce sont deux choses qui permettent de distinguer l’homme de l’animal, en plus de sa capacité à aimer, comme nous l’avons dit tout à l’heure. Ne pas accepter de juger les hommes selon leurs actes et tout leur pardonner, c’est par là même refuser de les considérer en tant qu’homme. Il est orgueilleux de ne pas juger les autres selon les principes sur lesquels nous fondons nos propres actes. Il faut parvenir à accepter la responsabilité des autres, leur qualité d’homme possédant le libre arbitre et donc reconnaître lorsqu’ils commettent une faute. Il est parfois difficile de punir, de quelque manière que ce soit, soit parce que nous sommes proches du fautif et que la pitié nous empêche de le faire, soit parce que nous jugeons qu’on aurait fait la même chose. Mais même si cela est le cas, il faut nous rappeler les préceptes divins et simplement espérer qu’à la place du fautif, quelqu’un d’autre nous aurait puni pour nous remettre sur le droit chemin.

Pour conclure, nous avons vu que le pardon est une capacité offerte à l’homme par Dieu, capacité essentielle qui distingue l’homme et le grandit. Mais malgré tous les côtés positifs du pardon, il est certains cas qui ne doivent pas être vus avec indulgence. L’homme a besoin de ne pas toujours être pardonné pour être homme et pour avancer vers la vertu. Il faut cependant être précautionneux car lorsque les hommes sont juges, ils sont souvent eux-mêmes abusés par l’erreur. Le seul Juge sera au final Dieu, qui reconnaîtra en toute circonstance la valeur véritable d’un homme.
Revenir en haut Aller en bas
http://herbeviller.forumactif.com/forum.htm
 
[Mémoire] : Thegoldendragon : De la nature du pardon et de sa pratique
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: