{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN

FORUM D'ARCHIVES DE L'ORDRE CISTERCIEN, RELIE AU JEU ONLINE LES ROYAUMES RENAISSANTS.
 
AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  Calendrier des cérémonies  ConnexionConnexion  RomeRome  BerryBerry  Cistercian networkCistercian network  FORUM LIE AU JEU "RR" (pas la réalité)  

Partagez | 
 

 [Mémoire] : Neti : Discours à mes paysans, sur l'acédie et l'hérésie

Aller en bas 
AuteurMessage
uriel
Défunt/Fantôme
avatar

Nombre de messages : 7843
Date d'inscription : 27/01/2009

MessageSujet: [Mémoire] : Neti : Discours à mes paysans, sur l'acédie et l'hérésie    Mar 18 Jan - 19:23

Citation :
« Discours à mes paysans, sur l'acédie et l'hérésie »

Mes amis, mes frères, mes sœurs...

Laissez-moi vous compter l'histoire d'une femme qui vécu à Oanylone, la première ville des enfants de Dieu. Alors que la ville était déchirée entre les croyants et ceux qui doutent ou s'adonnaient aux vices, cette femme à quitté la ville. Elle ne croyait pas en ce Dieu, qui avait été absent dans tous les moments difficiles de sa vie, en ce Dieu qui laissait la ville à feu et à sang et se taisait alors que ses propres enfants baignaient dans le stupre et la violence. Ces débordements étaient mauvais, elle se savait au fond d'elle même. Elle discernait tout à fait le bien du mal, ne s'adonnait pas à la tentation du Sans Nom, si ce n'est qu'elle doutait. Son coeur ne reconnaissait pas Dieu. Elle était même en colère contre celui qui se prétendait Père mais abandonnait ses enfants.

Alors, je vous le demande car je sais qu'à vous aussi, il arrive de douter, de vous sentir abandonnés, c'est humain... seriez-vous surpris qu'une personne, qui toute sa vie n'aura eu à l'égard du Très Haut que doute et colère, puisse un jour devenir l'un de ses plus proches et fidèles messagers ? Pensez-vous que Dieu pourrait pardonner quelqu'un qui s'acharne à l'ignorer et qui Lui refuse son Amour ?
Moi je pense, et je veux que vous en soyez convaincu, que l'Amour de Dieu est sans limite, qu'il n'y a rien qu'Il ne puisse pardonner à celui qui se repend sincèrement.
* En aparté * Et d'ailleurs à ce sujet, je vous rappelle que je me tiens à votre disposition si vous souhaitez soulager votre âme par la confession. Où en étais-je ? Ah oui...
Je pense aussi qu'Il a mis sur nos chemins son fils et messie Christos, son prophète Aristote, ses archanges et tous les saints pour que ceux-là soient nos guides. Car il sait que nous ne sommes pas parfaits, c'est aussi le coût de notre libre-arbitre mais la valeur de celui qui choisit de vivre dans la vertu n'en ressort que plus grande. Et c'est pour ça que je vais terminer de vous raconter l'histoire de cette femme, qui n'est autre que Sainte Raphaëlle, l'archange.

Un jour, Raphaëlle eu à se rendre hors de la ville, elle quitta donc Oanylone et les troubles, les doutes et les vices qui y régnaient. Elle marcha des jours entiers, seule, et ses pensées convergeaient toujours vers ce Dieu qui l'ignorait, qui l'avait oubliée sa vie durant. Elle finit par lui crier sa colère.
Loin de la punir pour ce qui aurait pu être prit pour une offense, Dieu se montra à elle et lorsque la colère de la femme se fut apaisée, elle était prête à L'entendre... Elle Lui posa cette question :

Citation :
« -Père,
pourquoi ne t’es-tu jamais montré, pourquoi tu ne m’as jamais dis que tu étais là ?
-Je te l’ai dit, mon enfant, mais tes oreilles ne voulaient pas entendre, je me suis montré à toi mais tes yeux ne voulaient pas voir, je t’ai pris la main mais tu ne me l’as pas tenue alors je me suis révélé à ton cœur et tu as cru.
Je t’ai laissée choisir car tu étais libre, tu ne voulais pas me recevoir, je ne me suis pas imposé.
Tu m’as cherché et je me suis révélé.
Beaucoup de questions se bousculent encore en toi mais sois patiente, j’y répondrai au creux de ton cœur le moment venu.
Va, car maintenant tu sais que je suis avec toi jusqu’à la fin des temps,
Si tu tombes, je te relèverai. »

Les parents doivent marcher à cotés de leurs enfants, non pas derrière pour les pousser, ni devant pour ouvrir la voie mais à coté... simplement, accompagner, respecter les choix de son enfant, la voie qu'il choisit, les risques qu'il prend et s'il chute, l'aider à se relever et l'encourager à poursuivre son chemin en apprenant de ses erreurs.
Parfois, les enfants que nous sommes prenons cette autonomie pour un abandon mais rappelez-vous toujours qu'il n'en est rien, que le Créateur marche tout près de chacun de ses enfants, tout près de nous, qu'Il est là pour nous voir apprendre de nos erreurs et devenir meilleurs, que Sa Lumière nous guide dans la nuit et les ténèbres autant que sur nos chemins intérieurs.

* Elle marqua une pause, en profita pour retracer dans sa tête le fil de ce qu'elle allait dire. *

Cependant, et le témoignage de la vie d'Aristote nous en fait la leçon, l'Amour de Dieu ne suffit pas à faire un homme bon. Il faut que cet Amour soit partagé avec nos frères et nos sœurs, qu'il en soit éprouvé aussi. Ainsi, l'ermite vivant en marge de la cité n'est pas vertueux car la vertu se cultive en société. C'est comme si, sur le chemin de la vérité divine, l'ermite avait décidé de s'arrêter de marcher. Celui qui ne chemine pas vers Dieu, même au risque de faire de mauvais choix, celui qui n'avance plus pêche et se détourne de Lui.

Vivre en société, ensemble, cela permet à chacun de nous de trouver quelqu'un qui saura nous aider lorsque l'on doute mais cela permet aussi, et c'est ce qui m'intéresse aujourd'hui, à chacun de nous, avec nos moyens, d'aider un frère ou une sœur dont la foi est ébranlée, de le ou la guider pour qu'il ou elle retrouve le droit chemin. C'est notre devoir. Voici ce qu'il fut dit à Raphaëlle à ce sujet :


Citation :
« Lorsque tu nais, tu ne choisis pas ton frère.
Quel qu’il soit tu dois apprendre à vivre avec, à vivre pour lui.
Si ton frère resplendit de l’amour de Dieu, alors cet amour ne pourra que te rejoindre.
Si en revanche ton frère se détourne de l’amour divin, c’est à toi de le lui faire voir au prix de ta vie.
Mais, à quoi bon donner sa vie pour quelqu’un qui ne veut pas voir ?
Si tu réussis, tu lui donnes une chance de rejoindre Dieu et les anges après sa mort et pour cela tu les rejoindras toi aussi.
Si tu échoues, c’est toi qui les rejoindras.

Cependant, il est dit aussi, ne t'attardes pas sur ton frère si ses yeux ne peuvent voir, pense et œuvre pour le plus grand nombre car ceux pour qui tu auras œuvré, eux aussi pourront œuvrer pour d’autres.

Alors, mieux vaut-il donner sa vie pour tenter d’en sauver un qui ne veut pas être sauvé ou donner sa vie pour sauver une multitude dont l’envie de voir est ardente ? »

* Elle marqua une nouvelle pause pour laisser cette lecture résonner en eux. *

Il appartient donc, à chacun de nous, de veiller sur vos frères et soeurs, de partager avec eux notre Amour pour le Très-Haut et de les encourager à Lui ouvrir leurs cœurs car Son Amour est infini et qu'Il pardonne à celui qui se repend sincèrement. Par cette lecture, loin de moi l'idée de vous demander de mourir pour le premier homme venu qui ne veut pas voir, loin de moi l'idée de mener une guerre contre l'hérésie, Dieu nous en garde mais par exemple, pourquoi ne pas aller voir votre voisin, discuter avec lui et l'inviter à se joindre à nous pour la prochaine messe ?

« Et si mon chemin croise celui d'un hérétique ? Que dire ? Que faire ? Ne pourrait-il pas avoir raison et moi être dans l'erreur ? »
Je vous le répète alors : ne doutez pas mes enfants, car le doute est une porte que vous ouvrez en vos coeurs au Sans Nom. Rappelez-vous que Dieu nous a fait, et il nous a fait libres de choisir, Il nous a offert la liberté absolue de penser, de faire le bien ou le mal. Qu'en ont fait les premiers humain à Oanylone ? Ils se sont laissés tenter par la Créature Sans Nom. A ceux qui lui sont malgré tout restés fidèles, le Très-Haut offrit le paradis solaire et des plus valeureux, comme Raphaëlle, il en fit ses archanges. Plus tard, à ceux qui Lui sont encore restés fidèles alors que les cités bâtissaient des temples à l'images de faux dieux, Il leur témoigna encore son Amour, leur rappelant sa présence à travers le témoignage d'Aristote, que voici :


Citation :
Un jour le jeune Aristote, âgé seulement de cinq ans, voulu s'asseoir près du temple du faux dieu Apollon dans sa ville de Stagire. Le temple était sur une petite colline à l'extrémité est de la ville. L'enfant aimait regarder les hautes colonnes de pierre blanche se découpant dans l'azur du ciel.

Alors qu'il s'approchait des marches du temple il s'arrêta, comme immobilisé par une force invisible. Ne comprenant pas ce qui ce passait, il se retourna vers la ville pour appeler sa mère Phaetis, qui était à quelque distance de là. Mais ses lèvres ne produisirent aucun son.
La terreur commençait à inonder son âme, quand un roulement de tonnerre gronda au dessus du temple du faux dieu. Un éclair vint le frapper en son centre et il s'écroula aux pieds de l'enfant.
Puis une voix puissante qui faisait frémir les cieux retenti dans l'esprit d'Aristote; elle disait: "Voilà ce que ma puissance réserve aux idoles qui se font honorer comme des dieux. Cherche le Très-Haut, cherche la Vérité et la Beauté, car un jour viendra celui qui restaurera tout".

Un jour viendra celui qui restaurera tout... Et pour cela, Dieu n'envoya autre que son fils, son enfant unique, qui se sacrifiera à la justice des hommes pour sauver nos âmes. Voilà ce dont je vous parlais plus en avant... Donner jusqu'à sa vie pour qu'un égaré puisse retrouver le chemin de Dieu. Oeuvrer fidèlement pour que les adorateurs de faux dieux retrouvent le chemin de la vertu et la voie de la sagesse. C'est là notre mission à tous !

Dieu a créé l'Eglise pour guider l'homme sur le chemin de la raison et de la rédemption et pour que la liberté des Hommes soit encadrée et non plus anarchique. L'Eglise est la seule détentrice de la Vérité, elle vous indiquera la Vraie Voie de la Vertu, ceux qui pourraient vous dire le contraire ne font ni plus ni moins que remettre en cause la parole du Très Haut !

« Mais alors, devrais-je laisser ces hérétiques qui refusent d'entendre Raison, aller en enfer ? »
Je vous parle là, de ceux à qui on a parlé mais qui n'entendent pas, à qui on a montré mais qui refusent de voir, à ceux qui se moquent et blasphèment outrageusement notre Créateur. Une telle hérésie est le signe d'une maladie vicieuse de l'âme... Souhaitez-vous, parce qu'il vous parait plus simple de laisser ces hérétique fauter, courir le risque qu'il contamine d'autres âmes pures et les rejoignent à leurs causes ? Êtes vous prêts à les laisser errer, au risque qu'ils insufflent les idées du Sans Nom à vos amis, à vos enfants ? Accepteriez-vous de laisser ce crime spirituel impuni, l'hérésie se répandre comme la peste, souillant les âmes et menant tout droit les bons aristotéliciens à l'enfer lunaire ? Je suis certaine que non...
Ceux-là sont d'une espèce qu'il faut réduire au silence. Ils ne sont plus que la voix du Sans Nom et doivent être neutralisés par le Fer puisque n'entendant pas la Raison. Il ne s'agit plus là de sauver les âmes des hérétiques mais de sauver les âmes de tous ceux et celles qui pourraient être contaminée par cette contagion blasphématoire. Il s'agit de sauver des âmes de l'Enfer ! Il est parfois des raisons si graves que l'on peut avoir à prendre les armes pour l'Eternel.

* Sa voix emplissait de plus en plus le lieu saint à mesure qu'elle leur parlait, et plus elle parlait avec passion, plus elle se laissait guider par ce qui lui venait. Emportée dans ses élans, elle en oubliait le temps qui passait. Elle s'arrêta net, reprit son souffle et observa quelques instants les fidèles... *

Mes frères, mes sœurs, mes amis,
Je ne suis pas en vos cœurs mais sachez qu'en le mien, vous trouverez toujours conseil et réponses à vos doutes, si Dieu le veut. Vous y trouverez aussi l'Amour de Dieu, celui qui se partage sans jamais s'épuiser. Alors ne craignez pas, ne craignez plus, allez et partagez la lumière, répandez-là, inondez-en même les moindres recoins d'obscurité !

Et dans les moments difficiles, voici une prière à Sainte Raphaëlle.


Citation :
« Ô Dieu !
Toi en Qui je crois,
Toi qui guides mes pas,
Donne-moi la force de professer la grandeur de Ton Nom
Ainsi que l'amour et l'adoration que j'y porte.
Envoie-moi Ton Archange, Raphaëlle, pour qu'elle chemine à mes côtés,
Que je ne sois plus seul face à l'ennemi de ma foi et de ma conviction.
Que mes actes obéissent à mon coeur et que même ma main gauche suive les commandements de ma droite.
Que mon coeur te craigne.
Et que j'annonce Ton Saint Nom.
Dieu, daigne lever ta main, que Raphaëlle descende et me vienne en aide.
Ainsi soit-il ! »

Allez en paix et que Foy et Raison vous guident !
Revenir en haut Aller en bas
http://herbeviller.forumactif.com/forum.htm
 
[Mémoire] : Neti : Discours à mes paysans, sur l'acédie et l'hérésie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
{JEU ONLINE} ARCHIVES DE L'ABBAYE SAINT-ARNVALD DE NOIRLAC, MERE DE L'ORDRE CISTERCIEN  :: Bibliothèque Cistercienne Sainte Illinda :: Textes de références : Mémoires-
Sauter vers: